Analyse fonctionnelle des emplois et cadres des fonctions métropolitaines de 1982 à 2016Recensement de la population

Résultats pour les communes de France, France hors Mayotte et France métropolitaine

Bases de données
Paru le : Paru le 09/09/2019

Les territoires sont ici analysés avec une approche transversale aux secteurs d'activité traditionnellement utilisés. Les actifs sont ainsi répartis en quinze fonctions définies à partir de la profession exercée.

En cohérence avec cette analyse transversale, cinq fonctions métropolitaines ont été dégagées, du fait de leur présence spécifique au sein des grandes aires urbaines. La notion d'emploi stratégique a été actualisée en retenant pour ces fonctions métropolitaines les « cadres des Fonctions Métropolitaines ».

Le millésime 2011 intègre les données pour Mayotte, issues du recensement de 2012.

Analyse fonctionnelle des emplois

La répartition de l'emploi sur le territoire est le plus souvent analysée en fonction d'un découpage sectoriel, qui correspond à l'activité principale exercée par les établissements.

Cette approche est complétée ici par une analyse des fonctions remplies par les actifs, résultant de la profession qu'ils occupent. Les professions sont réparties en quinze fonctions, certaines d'entre elles interviennent dans les différentes étapes de la production, d'autres sont plutôt tournées vers les services à la population.

Les fonctions exercées sont transversales par rapport aux secteurs d'activité.

Les fonctions sont également transversales par rapport au statut (indépendant ou salarié, public ou privé) et peuvent associer plusieurs niveaux de qualification (un ingénieur de fabrication et un ouvrier, par exemple).

Grille pour la définition des fonctions à partir des professions de la nomenclature des professions et catégories socioprofessionnelles - PCS 2003
(zip, 90 Ko)

Le changement de nomenclature, de la PCS 1982 vers la PCS 2003, a eu des effets dans la répartition des emplois au sein des fonctions. Ses principaux effets sont abordés dans la note méthodologique.

Note méthodologique
(zip, 42 Ko)

Fonctions métropolitaines et cadres des fonctions métropolitaines

La répartition spatiale des fonctions n'est pas homogène sur le territoire. Cinq fonctions sont plus spécifiquement localisées dans les grandes aires urbaines, ce sont les fonctions métropolitaines : conception-recherche, prestations intellectuelles, commerce inter-entreprises, gestion et culture-loisirs.

Le concept de « cadres des fonctions métropolitaines » (CFM) vise à offrir une notion proche des emplois « stratégiques », en assurant la cohérence avec les fonctions. La présence d'emplois « stratégiques » est utilisée dans l'approche du rayonnement ou de l'attractivité d'un territoire.

Ces emplois « stratégiques » sont définis comme les cadres et les chefs d'entreprises de dix salariés ou plus des cinq fonctions métropolitaines.

La notion de cadre des fonctions métropolitaines (CFM) est un nouveau concept. Elle remplace la notion d'emploi métropolitain supérieur (EMS).

Données communales

Les données ci-dessous proposent une quantification des fonctions et des cadres des fonctions métropolitaines pour toutes les communes hors Mayotte en 2016, 2006 et 1999. Le millésime 2011 intègre les données pour Mayotte, issues du recensement de la population de Mayotte en 2012.

L'ensemble des données est fourni en géographie au 1er janvier 2019.

France

Données communales 2011
(xls, 12 Mo)

France hors Mayotte

Données communales 2016
(xls, 12 Mo)
Données communales 2006
(xls, 12 Mo)
Données communales 1999
(xls, 8 Mo)

France métropolitaine

Données communales 1990
(xls, 8 Mo)
Données communales 1982
(xls, 8 Mo)

Avertissement

La population active regroupe à la fois les personnes ayant un emploi et les chômeurs. Pour repérer ces sous-populations, le recensement de la population ne suit pas les critères définis par le Bureau international du Travail (BIT). L'enquête Emploi, qui elle les met en œuvre, est donc la source pertinente pour effectuer des comparaisons internationales. Le recensement permet quant à lui des analyses à des niveaux géographiques très fins (jusqu’au niveau communal et infra-communal).

L’écart entre le nombre d’emplois mesuré à partir du recensement de la population et celui comptabilisé dans les sources administratives a augmenté à partir de l’enquête annuelle de recensement de 2015, prise en compte pour l’établissement des résultats du recensement des années 2013 et postérieures. Cet accroissement est concomitant avec l’introduction de la réponse par internet dans le recensement. Les évolutions du nombre d’emplois sont donc à interpréter avec prudence.