Le retour de la clientèle étrangère dynamise la fréquentationBilan de l’année touristique 2017 

Laure Hélary, Martial Maillard, Insee

En Normandie, la fréquentation des hébergements collectifs touristiques progresse de 4,6 % en 2017, après deux années de baisse. Le nombre de nuitées de la clientèle étrangère augmente fortement (+ 8,8 %). L’embellie de la fréquentation touristique est marquée dans les campings normands, en particulier calvadosiens. Cependant, pour la seconde année consécutive et alors qu’ils constituent la première clientèle étrangère, les Britanniques sont moins présents dans les hôtels et les campings normands. La fréquentation japonaise chute quant à elle depuis 2015, alors que cette clientèle est de retour en 2017 à l’échelle de la France métropolitaine.

Laure Hélary, Martial Maillard, Insee
Insee Analyses Normandie  No 46 - mai 2018

Les hôtels, les campings et les autres hébergements collectifs touristiques (AHCT), (sources) constituent autant de catégories d’établissements marchands d’accueil collectif des touristes, hors hébergements proposés par des particuliers.

En 2017, les touristes passent près de 14,5 millions de nuitées dans les hébergements collectifs touristiques normands. La Normandie totalise ainsi 3 % des nuitées passées dans ces établissements en France métropolitaine, une part équivalente à celles de la Bourgogne-Franche-Comté, des Hauts-de-France ou de la Corse.

Après deux années de baisse, la fréquentation progresse

En 2017, le nombre de nuitées augmente de 4,6 % en Normandie, soit un gain de 640 000 nuitées sur un an. Cette croissance de la fréquentation touristique approche le rythme de l’ensemble de la France métropolitaine (+ 5,5 %). En évolution, la Normandie se positionne ainsi au 6e rang des 13 régions métropolitaines, devant la plupart des régions du Sud (figure 1). En Normandie, comme au niveau national, la fréquentation touristique atteint un niveau record en 2017. Cette croissance fait plus que compenser les reculs observés lors des deux années précédentes, liés notamment au contexte défavorable généré par les attentats de novembre 2015 et de juillet 2016 (figure 2).

Figure 1La fréquentation touristique augmente de 4,6 % en Normandie en 2017Évolution des nuitées 2016-2017 dans les hébergements collectifs touristiques

La fréquentation touristique augmente de 4,6 % en Normandie en 2017
code region Région Évolution des nuitées 2016-2017
11 Île-de-France +12,4
24 Centre-Val de Loire +3,2
27 Bourgogne-Franche-Comté +3,3
28 Normandie +4,6
32 Hauts-de-France +1,1
44 Grand-Est +7,2
52 Pays de la Loire +4,8
53 Bretagne +6,5
75 Nouvelle-Aquitaine +3,9
76 Occitanie +3,5
84 Auvergne-Rhône-Alpes +2,4
93 Provence-Alpes-Côte d'Azur +4,1
94 Corse +8,8
  • Sources : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE

Figure 1La fréquentation touristique augmente de 4,6 % en Normandie en 2017Évolution des nuitées 2016-2017 dans les hébergements collectifs touristiques

  • Sources : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE

Le dynamisme de la fréquentation annuelle résulte, en particulier, du retour de la clientèle étrangère, en expansion de 8,8 % en un an, un rythme supérieur de deux points à la tendance nationale. Cependant, le nombre de nuitées de la clientèle étrangère ne retrouve pas son niveau historique de 2014, lequel provenait, en partie, des commémorations du 70e anniversaire du Débarquement et de la Bataille de Normandie. La fréquentation des touristes français augmente de manière plus modérée (+ 3,3 %) que celle des étrangers, mais de façon continue depuis 2014. La clientèle française s'avère probablement moins sensible au contexte sécuritaire (figure 2). Par ailleurs, elle progresse moins nettement dans la région que dans l’ensemble de la France métropolitaine (+ 5,0 %).

Figure 2Un retour de la clientèle étrangère en 2017Évolution des nuitées dans les hébergements collectifs touristiques de Normandie entre 2013 et 2017 (indice base 100 en 2013)

Un retour de la clientèle étrangère en 2017
Années Fréquentation totale Dont clientèle française Dont clientèle étrangère
2013 100 100 100
2014 101,6 99,0 108,8
2015 101,4 100,7 103,6
2016 99,7 101,2 95,1
2017 104,3 104,6 103,5
  • Sources : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE

Figure 2Un retour de la clientèle étrangère en 2017Évolution des nuitées dans les hébergements collectifs touristiques de Normandie entre 2013 et 2017 (indice base 100 en 2013)

  • Sources : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE

La fréquentation est en hausse dans chaque type d’hébergement collectif (figure 3), en particulier dans les campings (+ 8,6 %), mais également dans les hôtels (+ 3,8 %) et dans les autres hébergements touristiques (+ 2,3 %). Pour ces derniers établissements, la hausse du nombre de nuitées provient exclusivement de la clientèle étrangère (+ 22,4 %), la clientèle française restant stable. Avec 55 % des nuitées dans la région, l’hôtel reste le premier mode d’hébergement collectif, loin devant les campings et les AHCT (respectivement 25 % et 20 %).

Figure 3Fréquentation en hausse dans tous les types d’hébergements Fréquentation touristique par type d’hébergement collectif en Normandie

Fréquentation en hausse dans tous les types d’hébergements
2017 Évolution 2016-2017 (en %)
Nuitées (en milliers) Répartition (en %) Part des étrangers (en %) Totale Français Étrangers
Hôtels 7 869 54,5 23,9 + 3,8 + 2,8 + 6,9
Campings 3 634 25,2 38,3 + 8,6 + 9,0 + 8,0
AHCT* 2 924 20,3 13,4 + 2,3 – 0,2 + 22,4
Ensemble 14 427 100,0 25,4 + 4,6 + 3,3 + 8,8
  • *Autres hébergements collectifs touristiques (auberges de jeunesse, centres internationaux de séjour, centres sportifs, Résidences de tourisme, résidences hôtelières de chaîne, Village vacances, maisons familiales)
  • Sources : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE

Une fréquentation touristique record en avril

En 2017, le nombre de nuitées est, dans l’ensemble des hébergements collectifs, supérieur à celui de 2016 pour les deux tiers des mois de l’année. Seuls les mois de mars, d’octobre et de décembre, tous trois en repli, et de septembre, stable, font exception (figure 4). La fréquentation est notamment stimulée en avril et en juin (respectivement + 20 % et + 15 %) par une météo très favorable. Au cœur de la saison, en juillet et août, la fréquentation reste stable dans les hôtels, mais dynamique dans les campings et les autres hébergements, et ce malgré une météo plus capricieuse en août.

La fréquentation étrangère progresse chaque mois par rapport au même mois de 2016, à l’exception du mois de mars. Le glissement des calendriers des vacances scolaires, d’une année sur l’autre, influe mécaniquement sur la fréquentation mensuelle de la clientèle française. Ainsi, la hausse mesurée dans l’hôtellerie, en janvier et novembre, compense la baisse des mois d’octobre et de décembre. Le bilan de l’activité touristique en 2017 est largement positif.

Figure 4Une saison estivale dynamiqueÉvolution mensuelle des nuitées de tous les hébergements collectifs touristiques en Normandie (en milliers)

Une saison estivale dynamique
2016 2017 Moyenne de 2013 à 2016
janvier 463 486 465
février 587 595 565
mars 738 690 738
avril 1 112 1 337 1 126
mai 1 294 1 303 1 352
juin 1 302 1 499 1 427
juillet 2 256 2 360 2 270
août 2 596 2 725 2 647
septembre 1 291 1 287 1 266
octobre 941 913 902
novembre 616 647 608
décembre 590 585 561
  • Sources : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE

Figure 4Une saison estivale dynamiqueÉvolution mensuelle des nuitées de tous les hébergements collectifs touristiques en Normandie (en milliers)

  • Sources : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE

Dans l’hôtellerie, un niveau de fréquentation historique depuis 2010

Dans les hôtels normands, la fréquentation atteint près de 7,9 millions de nuitées en 2017. Cette hausse de 3,8 % par rapport à 2016 s’approche de la moyenne nationale (+ 4,9 %), et porte la fréquentation à un niveau jamais atteint depuis le début de la décennie. Le rythme de croissance de la clientèle française est comparable au niveau national (+ 2,8 %), mais la progression de la clientèle étrangère reste, quant à elle, un peu moins vive dans la région que dans l’ensemble de la France métropolitaine (respectivement + 6,9 % et + 8,8 %). Les touristes étrangers séjournent en moyenne moins de deux jours dans la région, une durée stable par rapport à 2016, et légèrement supérieure à celle de la clientèle française.

Comme au niveau national, la part de la clientèle d’affaires fléchit légèrement, sa progression étant un peu moins vive que celle de l’ensemble des nuitées hôtelières (figure 5). Cette clientèle représente près d’une nuit sur deux en Normandie, six sur dix en Seine-Maritime et dans l’Eure.

Le nombre de nuitées dans les hôtels progresse dans chaque département, à l’exception de l’Orne du fait d’une désaffection de la clientèle française, notamment d’affaires (figure 5). L’activité est dynamique en Seine-Maritime (+ 5,6 %), stimulée, notamment dans la communauté d’agglomération havraise (+ 13,6 %), par les commémorations des 500 ans de la ville du Havre. Dans la métropole rouennaise, le bond de la clientèle étrangère (+ 11,3 %) compense la hausse plus modeste du nombre de clients français (+ 1,4 %). La fréquentation du Calvados et de la Manche bénéficie du dynamisme de la clientèle étrangère (respectivement + 8,0 % et + 5,7 %), particulièrement dans la zone Caen-Côte de Nacre. Le nombre de nuitées hôtelières connaît un net essor dans l’Eure, grâce à la clientèle française.

Figure 5Une activité hôtelière dynamique dans l’ensemble des départements, excepté dans l’OrneFréquentation des hôtels en nuitées en 2017 et évolution entre 2016 et 2017

Une activité hôtelière dynamique dans l’ensemble des départements, excepté dans l’Orne
Nuitées 2017 (en milliers) Part de la clientèle étrangère (en %) Part de la clientèle d’affaire (en %) Évolution 2016-2017
Totale (en %) Clientèle française (en %) Clientèle étrangère (en %) Clientèle d’affaires (en %)
Calvados 3 228 27,0 38,6 + 3,5 + 1,9 + 8,0 + 4,6
Eure 599 15,3 60,5 + 5,9 + 7,4 – 1,5 + 2,0
Manche 1 204 25,1 39,2 + 3,1 + 2,2 + 5,7 + 0,6
Orne 358 17,5 49,2 – 6,0 – 7,1 – 0,3 – 9,0
Seine-Maritime 2 480 22,2 58,4 + 5,6 + 4,8 + 8,5 + 4,5
Normandie 7 869 23,9 47,1 + 3,8 + 2,8 + 6,9 + 3,0
France métropolitaine 209 934 36,0 47,6 + 4,9 + 2,8 + 8,8 + 4,1
  • Sources : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE

Par ailleurs, le nombre de nuitées progresse au cours de l’année pour toutes les catégories d’établissements classés, et plus la gamme est élevée, plus cette progression est importante. À l'inverse, au niveau national, la fréquentation des hôtels 1 ou 2 étoiles se replie en 2017. Alors que les nuitées des hôtels 4 ou 5 étoiles se développent fortement cette année dans la région (+ 9,4 %), celles des établissements non classés diminue. Ces derniers affichent en effet, à la différence du niveau national (+ 17,0 %), une baisse d’activité de 6,9 %.

En moyenne sur l’année, le taux d’occupation des hôtels normands s’établit ainsi à 55 %, en hausse de 1,8 point sur un an, mais inférieur à celui du niveau national (61 %). Ce taux d’occupation augmente également avec la montée en gamme de la catégorie d’hôtels. S’il ne dépasse pas 40 % pour les établissements non classés, il atteint 63 % pour les hôtels de 4 ou 5 étoiles. Cette croissance de la fréquentation en faveur des établissements mieux classés s’accompagne d’une augmentation qualitative de l’offre sur le territoire. En effet, le nombre de chambres offert se restreint pour les établissements classés 2 étoiles ou moins, mais s’accroît de 5 % en un an pour ceux de 4 ou 5 étoiles.

Un retour de la plupart des nationalités étrangères

Avec un quart de la fréquentation, contre plus du tiers en France métropolitaine, le poids de la clientèle étrangère est moins élevé dans les hôtels normands que dans l’ensemble de la France métropolitaine. Toutefois, le nombre de nuitées des touristes étrangers venus des pays européens, prépondérants parmi les visiteurs étrangers, progresse de 5,9 % en 2017, soit une nette accélération après la modeste croissance de 1,1 % en 2016.

La fréquentation hôtelière des Britanniques, première clientèle étrangère dans la région, se replie à nouveau en 2017 (– 2,7 %), une baisse néanmoins plus modérée qu’en 2016 (– 7,7 %). Même si ce recul s’est initié à la suite de l’annonce du Brexit en juin 2016 et de la dépréciation consécutive de la livre par rapport à l’euro, les effets du Brexit ne sont pas pour autant évidents. La moindre fréquentation britannique des hôtels peut également résulter d’un changement de mode d’hébergement, au profit des locations saisonnières ou des résidences secondaires. Au deuxième rang de la fréquentation étrangère, les Belges sont, comme les Britanniques, légèrement moins présents cette année. Ce fléchissement peut cependant être relativisé, compte tenu de la forte hausse de leur fréquentation en 2016. Toutefois, l’effritement des deux principales clientèles étrangères européennes pour la région est largement compensé par la hausse des fréquentations allemande, néerlandaise ou suisse. Les Espagnols et les Italiens reviennent aussi massivement après deux années de baisse (figure 6).

La fréquentation des touristes originaires d’Amérique du Nord, en troisième position, augmente de 12,9 %, après deux années de désaffection. À l’inverse, la fréquentation japonaise chute brutalement depuis 2015, à un rythme plus rapide qu’au niveau national. Ainsi, les hôteliers normands enregistrent six fois moins de nuitées de touristes japonais qu’en 2014. Alors que l’on constate une nette reprise en 2017 à l’échelle nationale (+ 22,0 %), le niveau de fréquentation de cette clientèle poursuit son repli en Normandie (– 23,5 %).

Figure 6À l’exception des Britanniques, des Belges et des Japonais, la clientèle étrangère stimule la fréquentation hôtelièreÉvolution des nuitées dans les hôtels en Normandie selon la provenance de la clientèle

À l’exception des Britanniques, des Belges et des Japonais, la clientèle étrangère stimule la fréquentation hôtelière
Pays d’origine Nuitées en 2017 (en milliers) Évolution 2016-2017 (en %)
Total 7 869 +3,8
France 5 990 +2,8
Pays étrangers 1 879 +6,9
Europe 1 492 +5,7
Royaume-Uni 446 –2,7
Belgique 306 –2,0
Allemagne 172 +8,3
Pays-Bas 134 +11,7
Italie 106 +11,5
Espagne 73 +23,2
Suisse 56 +21,0
Russie 27 +32,8
Amérique 288 +16,1
États-Unis 239 +12,9
Canada 26 +32,8
Asie-Océanie 82 +2,4
Japon 15 –23,5
Chine 14 +15,1
Proche-Moyen-Orient 14 +12,2
Afrique 17 –1,4
  • Sources : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE

Vive progression de la fréquentation dans les campings normands

Avec 288 000 nuitées supplémentaires en 2017, la fréquentation des campings normands se développe de 8,6 % en un an, une progression supérieure de trois points à l’évolution nationale. Cette embellie, comparable à celle des autres régions du nord de la France, permet de retrouver le nombre de nuitées de 2015. L’activité des campings, en revanche, augmente moins sensiblement dans les régions du sud de la France.

En 2017, les clientèles française et étrangère se développent à des rythmes proches (figure 7). Le taux d’occupation des campings normands atteint 30,6 %. Ce taux est plus élevé pour les emplacements équipés , malgré une baisse au cours de l’année 2017, à la différence de celui des emplacements nus.

Dans le Calvados, département qui concentre 44 % des nuitées régionales en camping, la hausse est remarquable, à la faveur d’une forte expansion de la clientèle française (respectivement + 19,7 % et + 25,5 %) (figure 7). La fréquentation atteint par conséquent un niveau record depuis 2010. En deuxième position pour le nombre de nuitées, les campings du département de la Manche connaissent une progression d’activité plus modeste (+ 2,9 %), entièrement due à un afflux de campeurs étrangers, la clientèle française restant stable. Moins développé au sein des trois autres départements normands, le camping connaît un regain de fréquentation dans l’Eure et une relative stabilité dans l’Orne. Un repli est constaté en Seine-Maritime du fait d’une certaine désaffection de la clientèle française.

Figure 7Nette croissance de la clientèle française dans les campings calvadosiensFréquentation des campings en nuitées en 2017 et évolution entre 2016 et 2017

Nette croissance de la clientèle française dans les campings calvadosiens
Nuitées 2017 (en milliers) Part de la clientèle étrangère Évolution 2016-2017 (en %)
Totale Clientèle française Clientèle étrangère
Calvados 1 602 37,9 + 19,7 + 25,5 + 11,2
Eure 157 46,6 + 8,1 + 7,0 + 9,3
Manche 1 212 37,8 + 2,9 – 0,3 + 8,5
Orne 102 25,5 – 0,5 – 1,7 + 3,2
Seine-Maritime 561 40,2 – 3,6 – 5,4 – 0,7
Normandie 3 634 38,3 + 8,6 + 9,0 + 8,0
France métropolitaine 123 971 31,3 + 5,5 + 6,0 + 4,5
  • Sources : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE

En Normandie, quatre campeurs sur dix sont de nationalité étrangère, une part plus importante qu’à l’échelle de la France métropolitaine. Les touristes étrangers, presque exclusivement européens, passent 1,4 million de nuitées dans la région en 2017. À l’exception des Britanniques, deuxième clientèle étrangère pour ce mode d’hébergement, la fréquentation des principales nationalités étrangères progresse (figure 8). Comme en matière de fréquentation hôtelière, le recul des nuitées britanniques est moins marqué qu’en 2016. En revanche, celles des Belges sont en hausse, contrairement à leur fréquentation hôtelière. Après une forte baisse en 2016, la croissance du nombre de nuitées est particulièrement soutenue pour les Italiens et les Suisses. Les Espagnols sont, quant à eux, de plus en plus nombreux à visiter la Normandie.

Figure 8Progression des nuitées en camping pour la plupart des nationalitésÉvolution des nuitées dans les campings en Normandie selon la provenance de la clientèle

Progression des nuitées en camping pour la plupart des nationalités
Pays d’origine Nuitées en 2017 (en milliers) Évolution 2016-2017 (en %)
Total 3 634 +8,6
France 2 243 +9,0
Pays étrangers 1 391 +8,0
Europe 1 382 +7,9
Pays-Bas 553 +9,5
Royaume-Uni 335 –2,6
Allemagne 208 +13,6
Belgique 146 +9,2
Suisse 25 +20,9
Danemark 20 +6,9
Espagne 22 +23,0
Italie 19 +31,7
  • Sources : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE

Sources

Les résultats présentés s’appuient sur trois enquêtes mensuelles réalisées par l’Insee, en partenariat avec la Direction générale des entreprises (DGE) et les comités régionaux et départementaux du tourisme.

L’enquête de fréquentation hôtelière (EFH) est réalisée auprès d’un échantillon national de 12 000 hôtels de tourisme sur un total de 18 100.

L’enquête de fréquentation dans l’hôtellerie de plein air (EFHPA) est réalisée d’avril (depuis 2017) à septembre inclus auprès des campings possédant au moins un emplacement de passage. L’échantillon comporte 6 000 campings sur un total de 8 400. Pour les régions dont la collecte démarrait auparavant en mai, dont la Normandie, les données relatives aux mois d’avril 2010 à 2016 ont été estimées.

L’enquête de fréquentation dans les autres hébergements collectifs touristiques (EFAHCT) est réalisée auprès notamment des auberges de jeunesse, centres internationaux de séjour, centres sportifs, résidences hôtelières et de tourisme, villages de vacances, maisons familiales. L’échantillon comporte 2 500 hébergements sur un total de 3 500.

L’hébergement en logement individuel proposé par des particuliers n’est pas couvert par ces enquêtes, que l’offre soit marchande (gîtes, chambres d’hôtes, appartements de tourisme proposés par des centrales de réservation, etc.) ou non marchande (résidences secondaires ou hébergements chez des parents ou amis).

Définitions

La fréquentation touristique correspond au nombre total de nuits passées par les clients dans un établissement touristique. Un couple séjournant trois nuits dans un établissement compte pour six nuitées, de même que six personnes ne séjournant qu’une nuit.

Le taux d’occupation est le rapport du nombre de chambres (ou d’emplacements ou d’unités d’hébergements) occupées au nombre de chambres (ou d’emplacements ou d’unités d’hébergements) effectivement offertes sur une période donnée (c’est-à-dire en excluant les fermetures saisonnières).

Le classement des hébergements est réalisé par Atout France et valable 5 ans.

Un emplacement de passage est un emplacement destiné à une clientèle touristique pour une durée de moins d’un an. Certains campings commercialisent également des emplacements résidentiels pour des particuliers y établissant une résidence secondaire sur des durées plus longues. Cette offre résidentielle n’est pas prise en compte ici.

L’emplacement peut être nu ou équipé d’un hébergement léger (chalet, bungalow, mobil-home, etc.).

Pour en savoir plus

Gidrol J.C., Gitton F.P., « Les hébergements collectifs touristiques en 2017 : une fréquentation record de 429 millions de nuitées », Insee Première, n°1693, avril 2018

Hélary L., Poupet C., « Saison touristique 2017 : une fréquentation record depuis 2013 », Insee Flash Normandie, n°49, novembre 2017

Brunet L., Jerrari K., Maillard M.,  «L’économie du tourisme en Normandie », Insee Dossier Normandie, n°8, novembre 2017