Le sac à main, produit phare de la maroquinerie française

Simon Bougon, Service de statistiques nationales d’entreprises, Insee

En 2016, au sein de l’Union européenne, la France est le deuxième producteur, après l’Italie, de sacs à main, produit majeur de la maroquinerie-sellerie. La balance commerciale des articles de maroquinerie-sellerie est largement excédentaire (2,3 milliards d’euros), notamment grâce aux échanges réalisés avec les pays hors Union européenne.

Insee Focus
No 122
Paru le : Paru le 26/07/2018
Simon Bougon, Service de statistiques nationales d’entreprises, Insee
Insee Focus  No 122 - juillet 2018

La production d’articles de maroquinerie : de grandes marques françaises

En 2016, la production française d’articles de maroquinerie-sellerie vendue par les entreprises fabricantes ou donneuses d’ordre s’élève à 3,0 milliards d’euros. Cette branche d’activité est très concentrée. Les quatre premières entreprises totalisent près des deux tiers de la production vendue. Il s’agit de grandes marques françaises : Chanel, Hermès, Longchamp et Louis Vuitton.

Les sacs à main représentent à eux seuls près des deux tiers de la production (1,9 milliard d’euros). La petite maroquinerie (portefeuilles et porte-monnaie principalement) couvre une part non négligeable de l’activité avec 12 % du montant total. Les autres produits issus de la maroquinerie se décomposent en deux parts égales : les malles, valises, sacs et étuis divers (7 %) et des produits hétérogènes, articles de sellerie et bracelets de montre notamment (7 %). Les opérations sous-traitées génèrent 10 % des facturations de la branche (figure 1).

Les ateliers français ont fabriqué près de 10 millions de sacs à main en 2016, soit environ 18 % de la production européenne. La France se situe au deuxième rang des fabricants européens, loin derrière l’Italie qui assure à elle seule 61 % de cette production. La Roumanie (9 %) complète le podium, suivie de près par l’Espagne (8 %) (figure 2).

Figure 1 – Répartition de la production française d’articles de maroquinerie et de sellerie en 2016(y compris donneurs d’ordre et façonniers)

Figure 1 – Répartition de la production française d’articles de maroquinerie et de sellerie en 2016
Chiffre d'affaires (en milliers d'euros) Chiffre d'affaires (en % du total)
Sacs à main 1 901 024 64
Petite maroquinerie 347 221 12
Malles, valises, sacs et étuis 219 396 7
Autres (sellerie, bracelets) 203 040 7
Opérations sous-traitées 291 794 10
Total 2 962 475 100
  • Source : Insee, enquête annuelle de production (EAP) – Valeur de la production vendue en France, y c. donneurs d’ordre et façonniers.

Figure 1 – Répartition de la production française d’articles de maroquinerie et de sellerie en 2016(y compris donneurs d’ordre et façonniers)

  • Source : Insee, enquête annuelle de production (EAP) – Valeur de la production vendue en France, y c. donneurs d’ordre et façonniers.

Figure 2- Répartition de la production de sacs à main au sein de l’Union européenne en 2016

Figure 2- Répartition de la production de sacs à main au sein de l’Union européenne en 2016
Production de sacs à main (en milliers de pièces) Production de sacs à main (en % du total)
Total Union européenne (UE) 54 537 100
Italie 33 483 61
France 9 985 18
Roumanie 4 757 9
Espagne 4 307 8
Reste de l'UE 2 005 4
  • Sources : Eurostat, Prodcom 2016 - Quantités vendues par les entreprises de la branche hors donneurs d’ordre.

Figure 2- Répartition de la production de sacs à main au sein de l’Union européenne en 2016

  • Sources : Eurostat, Prodcom 2016 - Quantités vendues par les entreprises de la branche hors donneurs d’ordre.

Une forte présence des emplois en Auvergne-Rhône-Alpes

En 2016, les établissements producteurs d’articles de maroquinerie-sellerie emploient 15 700 salariés. La région Auvergne-Rhône-Alpes en emploie 4 300, soit près de 30 % du total. C’est la région la plus employeuse, grâce notamment à l’implantation de plusieurs établissements de la Société des ateliers Louis Vuitton. Viennent ensuite les Pays de la Loire, la Bourgogne-Franche-Comté et le Centre-Val de Loire. Cette activité est très peu implantée sur la façade méditerranéenne (figure 3).

Figure 3 - Localisation régionale des effectifs salariés des établissements producteurs d’articles de voyage, de maroquinerie et de sellerie au 31/12/2015

en effectifs salariés
Figure 3 - Localisation régionale des effectifs salariés des établissements producteurs d’articles de voyage, de maroquinerie et de sellerie au 31/12/2015 (en effectifs salariés)
Régions Effectifs salariés
Auvergne-Rhône-Alpes 4 339
Pays de la Loire 2 374
Bourgogne-Franche-Comté 2 052
Centre-Val de Loire 1 722
Nouvelle-Aquitaine 1 646
Hauts-de-France 1 039
Île-de-France 884
Normandie 649
Grand Est 529
Occitanie 303
Bretagne 121
Provence-Alpes-Côte d'Azur 36
France 15 694
  • Note : la Corse et les cinq régions d'outre-mer ne sont pas représentées, car aucun établissement ayant pour activité principale la fabrication d’articles de voyage, de maroquinerie et de sellerie n'y est présent.
  • Champ : effectifs salariés au 31/12/2015 des établissements employeurs actifs en 2016, dont l'activité principale est la fabrication d’articles de voyage, de maroquinerie et de sellerie et dont l’entreprise a déclaré une activité de fabrication dans l’EAP.
  • Source : Insee, enquête annuelle de production (EAP), Clap.

Figure 3 - Localisation régionale des effectifs salariés des établissements producteurs d’articles de voyage, de maroquinerie et de sellerie au 31/12/2015

  • Note : la Corse et les cinq régions d'outre-mer ne sont pas représentées, car aucun établissement ayant pour activité principale la fabrication d’articles de voyage, de maroquinerie et de sellerie n'y est présent.
  • Champ : effectifs salariés au 31/12/2015 des établissements employeurs actifs en 2016, dont l'activité principale est la fabrication d’articles de voyage, de maroquinerie et de sellerie et dont l’entreprise a déclaré une activité de fabrication dans l’EAP.
  • Source : Insee, enquête annuelle de production (EAP), Clap.

Une balance commerciale largement excédentaire

En 2016, la balance commerciale française des articles de maroquinerie-sellerie est largement excédentaire, à hauteur de 2,3 milliards d’euros. La France exporte pour 5,8 milliards d’euros, alors qu’elle importe pour 3,4 milliards.

Les importations sont réparties à parts égales entre les pays membres de l’Union européenne (UE) et le reste du monde. La Chine et l’Italie sont les principaux fournisseurs (respectivement 1,2 et 1,1 milliard d’euros), ces deux pays représentant à eux seuls les deux tiers du montant total (figure 4a).

Le sac à main constitue le premier poste des importations (44 %). Le principal fournisseur de ce produit est l’Italie, pour 869 millions d’euros, soit plus de 80 % du montant des articles de maroquinerie provenant de ce pays. Les produits de voyage (malles, valises, sacs et étuis divers) arrivent en deuxième position, avec un montant de 1 244 millions d’euros, dont plus de la moitié en provenance de la Chine.

Les exportations sont, quant à elles, davantage tournées vers les pays hors UE, qui en absorbent les deux tiers de la valeur totale. Les États-Unis sont les premiers clients avec un montant de 770 millions d’euros, suivis par des pays asiatiques (Hong Kong, Singapour). L’Italie, principal client européen, arrive en quatrième position pour une valeur de 534 millions d’euros (figure 4b).

Les sacs à main contribuent à plus de la moitié des exportations (57 %), la petite maroquinerie arrive logiquement en deuxième position avec 20 % de la valeur. Les malles, valises, sacs et étuis sont bien représentés au regard de leur part dans la production (15 % des exportations contre 8 % de la production). Les principaux clients de ces produits sont Hong Kong, les États-Unis et l’Italie.

Figure 4a - Principaux pays fournisseurs d'articles de maroquinerie en 2016

en millions d'euros
Figure 4a - Principaux pays fournisseurs d'articles de maroquinerie en 2016 (en millions d'euros)
Importations françaises
Total, dont : 3 427,5
Roumanie 27,0
Maroc 30,4
Royaume-Uni 37,4
Belgique 42,8
Tunisie 56,0
Allemagne 74,2
Inde 110,3
Vietnam 153,0
Espagne 190,3
Italie 1 071,4
Chine 1 223,1
  • Source : Direction générale des douanes et droits indirects.

Figure 4a - Principaux pays fournisseurs d'articles de maroquinerie en 2016

  • Source : Direction générale des douanes et droits indirects.

Figure 4b - Principaux pays clients d'articles de maroquinerie en 2016

en millions d'euros
Figure 4b - Principaux pays clients d'articles de maroquinerie en 2016 (en millions d'euros)
Exportations françaises
Total, dont : 5 765,2
Chine 176,3
Corée du Sud 177,0
Espagne 180,8
Suisse 209,3
Japon 290,4
Allemagne 340,9
Royaume-Uni 481,2
Italie 533,7
Singapour 698,6
Hong Kong 751,8
États-Unis 769,0
  • Source : Direction générale des douanes et droits indirects.

Figure 4b - Principaux pays clients d'articles de maroquinerie en 2016

  • Source : Direction générale des douanes et droits indirects.

Sources

Cette étude a été réalisée principalement à partir des résultats issus de l’enquête européenne Prodcom sur la production industrielle. Elle est alimentée en France par l’enquête annuelle de production (EAP).

Ont été retenues dans cette étude les facturations des entreprises en France (qu’elles soient fabricantes ou donneuses d’ordre sur le territoire national). Les facturations correspondent à la valeur de la production vendue. Les produits en codes Prodfra sont regroupés comme suit : les sacs à main (1512122000), la petite maroquinerie (1512123000), les malles, valises, sacs et étuis divers (1512121010, 1512121020, 1512125010, 1512125020), les produits divers (1512111010, 1512111020, 1512111030, 1512127000, 1512130000, 1512193000, 1512196000) et les opérations sous-traitées intervenant dans la fabrication d’articles de sellerie et de maroquinerie (151299). Le champ de l'étude couvre les entreprises ayant comme activité principale ou secondaire la production d’articles de maroquinerie-sellerie (APE 1512Z) implantées en France.

Pour les comparaisons européennes, la production des donneurs d’ordre est retirée. En effet, pour éviter les doubles comptes, les facturations retenues au niveau Prodcom pour chaque pays incluent le travail à façon réalisé sur les territoires nationaux, mais pas les ventes réalisées comme donneur d’ordre. Le détail des produits suivis par Prodcom en 2016 pour la production d’articles de maroquinerie est fourni dans le fichier des données complémentaires joint à cette publication.

Les données sur les effectifs salariés des établissements producteurs sont fournies par la source Connaissance locale de l’appareil productif (Clap). Sont retenus les effectifs salariés au 31/12/2015 des établissements employeurs actifs en 2016, dont l'activité principale est la fabrication d’articles de voyage, de maroquinerie et de sellerie et dont l’entreprise a déclaré une activité de fabrication dans l’EAP.

Les données sur le commerce extérieur de la France proviennent de la Direction générale des douanes et droits indirects.

Définitions

L’entreprise désigne ici l'unité légale, identifiée par son numéro Siren. Le règlement européen Prodcom nécessite en effet de suivre l'ensemble du processus de transformation et donc d’interroger en unité légale pour prendre en compte la production intégrée au sein d'une même entreprise. Au sens de la loi de modernisation de l’économie, l’entreprise correspond à un regroupement d'unités légales qui constitue une unité organisationnelle de production de biens et de services jouissant d'une autonomie de décision.


Branche / Branche d'activité :

une branche (ou branche d'activité) regroupe des unités de production homogènes, c'est-à-dire qui fabriquent des produits (ou produisent des services) qui appartiennent au même item de la nomenclature d'activité économique considérée. Au contraire, un secteur regroupe des entreprises classées selon leur activité principale.


Production Communautaire / PRODCOM :

la liste PRODCOM :

PRODCOM est l'acronyme de « PRODuction COMmunautaire ».
La liste PRODCOM est une liste européenne de produits issus des industries extractives et manufacturières, actualisée tous les ans en fonction des modifications de la Nomenclature Combinée du commerce extérieur (NC). Elle est emboîtée dans la nomenclature européenne « Classification des Produits par Activité » (CPA).
Les rubriques de la liste PRODCOM sont codées sur huit positions dont les quatre premières correspondent au niveau classe de la CPA.
La liste PRODCOM n'est pas une nomenclature car elle ne couvre pas tous les postes de la CPA.

La nomenclature PRODFRA :

PRODFRA est l'acronyme de « PRODuction FRAnçaise ».
La nomenclature PRODFRA est une nomenclature française de produits, articulée à la fois sur la « Classification des Produits Française » (CPF), et sur la liste PRODCOM. Elle couvre toutes les sous-catégories de la CPF industrielle. Les rubriques de la nomenclature PRODFRA sont le plus souvent codées sur dix positions : les huit premières reprennent les huit positions du code PRODCOM associé s'il existe. Les deux dernières servent à affiner la nomenclature.
Les rubriques PRODFRA des services industriels et opérations sous-traitées sont codées sur 6 positions (XXXX99 où XXXX désigne la classe de la CPF), 7 positions (XXXX99a, b, c ou d) ou 10 positions.


Production Française / PRODFRA :

la nomenclature PRODFRA :

PRODFRA est l'acronyme de « PRODuction FRAnçaise ».
La nomenclature PRODFRA est une nomenclature française de produits, articulée à la fois sur la « Classification des Produits Française » (CPF), et sur la liste PRODCOM. Elle couvre toutes les sous-catégories de la CPF industrielle. Les rubriques de la nomenclature PRODFRA sont le plus souvent codées sur dix positions : les huit premières reprennent les huit positions du code PRODCOM associé s'il existe. Les deux dernières servent à affiner la nomenclature.
Les rubriques PRODFRA des services industriels et opérations sous-traitées sont codées sur 6 positions (XXXX99 où XXXX désigne la classe de la CPF), 7 positions (XXXX99a, b, c ou d) ou 10 positions.

La liste PRODCOM :

PRODCOM est l'acronyme de « PRODuction COMmunautaire ».
La liste PRODCOM est une liste européenne de produits issus des industries extractives et manufacturières, actualisée tous les ans en fonction des modifications de la Nomenclature Combinée du commerce extérieur (NC). Elle est emboîtée dans la nomenclature européenne « Classification des Produits par Activité » (CPA).
Les rubriques de la liste PRODCOM sont codées sur huit positions dont les quatre premières correspondent au niveau classe de la CPA.
La liste PRODCOM n'est pas une nomenclature car elle ne couvre pas tous les postes de la CPA.


Établissement :

l'établissement est une unité de production géographiquement individualisée, mais juridiquement dépendante de l'entreprise. Un établissement produit des biens ou des services : ce peut être une usine, une boulangerie, un magasin de vêtements, un des hôtels d'une chaîne hôtelière, la « boutique » d'un réparateur de matériel informatique...

L'établissement, unité de production, constitue le niveau le mieux adapté à une approche géographique de l'économie.

Remarque :

La population des établissements est relativement stable dans le temps et est moins affectée par les mouvements de restructuration juridique et financière que celle des entreprises.


Entreprise profilée / Entreprise issue d'un profilage :

une entreprise profilée est une unité d'observation statistique appartenant à un groupe de sociétés, résultant du profilage du groupe. Elle est en général constituée par la réunion de plusieurs unités légales, et peut être confondue avec le groupe lui-même.


Unité légale / Entreprise-unité légale :

l'unité légale est une entité juridique de droit public ou privé. Cette entité juridique peut être :

  • une personne morale, dont l'existence est reconnue par la loi indépendamment des personnes ou des institutions qui la possèdent ou qui en sont membres ;
  • une personne physique, qui, en tant qu'indépendant, peut exercer une activité économique.

Elle est obligatoirement déclarée aux administrations compétentes (Greffes des tribunaux, Sécurité sociale, DGI,...) pour exister. L'existence d'une telle unité dépend du choix des propriétaires ou de ses créateurs (pour des raisons organisationnelles, juridiques ou fiscales). L'unité légale est l'unité principale enregistrée dans SIRENE

Remarque :

Cette définition de l'unité légale ne doit pas être confondue avec celle de l'entreprise, considérée comme unité statistique.