Perspectives 2018 : maintien du cap dans la chaîne d’approvisionnementAéronautique et spatial dans le Grand Sud-Ouest

Véronique Decret, Insee Nouvelle-Aquitaine

Début 2018, l’activité continue de croître dans la chaîne d’approvisionnement aérospatiale du Grand Sud-Ouest. La demande de travaux aéronautiques augmente encore dans l’industrie, mais à un rythme moins soutenu qu’en 2017. Dans les services, l’activité accélère dans le secteur de l’informatique, elle ralentit dans l’ingénierie. L’activité spatiale décolle surtout en Occitanie. La tension s’atténue légèrement sur l’appareil productif industriel, pas dans les services. Les chefs d’entreprise misent encore plus sur les recrutements, la formation, l’innovation et l’investissement. Les industriels devraient aussi recourir à davantage de sous-traitance et d’intérimaires.

Insee Analyses Occitanie
No 72
Paru le : Paru le 10/04/2019
Véronique Decret, Insee Nouvelle-Aquitaine
Insee Analyses Occitanie  No 72 - avril 2019

La hausse régulière de la demande de transport aérien ne faiblit pas. À l’été 2018, 200 000 appareils volent simultanément chaque jour, établissant un nouveau record de trafic mondial. Cette croissance de l’aviation civile tire l’ensemble du secteur aéronautique et notamment celui du Grand Sud-Ouest, composé des régions Nouvelle-Aquitaine et Occitanie.

Selon les chefs d’entreprise, la demande de travaux aéronautiques poursuit sa progression au sein de la chaîne d’approvisionnement du Grand Sud-Ouest, sans discontinuer depuis la crise de 2010. En 2018, le solde d’opinion, différence entre hausse et baisse de la demande, atteint + 18 points par rapport à 2017 (figure 1). L’évolution est portée par l’activité dans l’industrie et le commerce, avec quasiment la même perception en Nouvelle-Aquitaine et en Occitanie. A contrario, dans le secteur des services, les chefs d’entreprise sont plus enclins à juger d’une baisse de l’activité aéronautique.

Le rythme de la croissance semble toutefois ralentir temporairement au printemps 2018, en particulier au sein des unités de 250 salariés ou plus, avant un net rebond en fin d’année.

Figure 1Poursuite de la croissance dans la chaîne d'approvisionnement de la construction aéronautiqueSolde d'opinion sur l'évolution de l'activité destinée à la construction aéronautique

(en points)
Poursuite de la croissance dans la chaîne d'approvisionnement de la construction aéronautique ((en points)) - Lecture : le solde d’opinion des chefs d’entreprise, début 2018, est de + 19 points en Nouvelle-Aquitaine et + 18 points en Occitanie. Ces derniers témoignent d'une hausse de l’activité aéronautique comparée au début 2017.
Aquitaine Midi-Pyrénées Nouvelle-Aquitaine Occitanie
Début 2008 46,3 48,8
Début 2009 – 48,6 – 16,2
Début 2010 – 35,8 – 23,8
Début 2011 39,9 34,6
Début 2012 38,7 64,8
Début 2013 56,6 54,7
Début 2014 42,7 40,9
Début 2015 35 45,7
Début 2016 33,7 56,6
Début 2017 35,5 42,7 36,8 42,4
Début 2018 18,9 17,8
Prévision fin 2018 54,4 33,8
  • Note : le solde d'opinion est l'écart entre le pourcentage de réponses "en hausse" et le pourcentage de réponses "en baisse", pondérées par le chiffre d'affaires aéronautique. Les courbes sur l’activité entre anciennes et nouvelles régions ne sont pas comparables entre elles.
  • Lecture : le solde d’opinion des chefs d’entreprise, début 2018, est de + 19 points en Nouvelle-Aquitaine et + 18 points en Occitanie. Ces derniers témoignent d'une hausse de l’activité aéronautique comparée au début 2017.
  • Champ : chaîne d'approvisionnement de la construction aéronautique dans le Grand Sud-Ouest
  • Source : Insee, enquêtes Aéronautique-espace 2009-2012, enquêtes Filière Aéronautique et Spatiale 2013-2018

Figure 1Poursuite de la croissance dans la chaîne d'approvisionnement de la construction aéronautiqueSolde d'opinion sur l'évolution de l'activité destinée à la construction aéronautique

  • Note : le solde d'opinion est l'écart entre le pourcentage de réponses "en hausse" et le pourcentage de réponses "en baisse", pondérées par le chiffre d'affaires aéronautique. Les courbes sur l’activité entre anciennes et nouvelles régions ne sont pas comparables entre elles.
  • Lecture : le solde d’opinion des chefs d’entreprise, début 2018, est de + 19 points en Nouvelle-Aquitaine et + 18 points en Occitanie. Ces derniers témoignent d'une hausse de l’activité aéronautique comparée au début 2017.
  • Champ : chaîne d'approvisionnement de la construction aéronautique dans le Grand Sud-Ouest
  • Source : Insee, enquêtes Aéronautique-espace 2009-2012, enquêtes Filière Aéronautique et Spatiale 2013-2018

La croissance aéronautique se maintient

Dans le Grand Sud-Ouest, les chefs d’entreprise témoignent du dynamisme du marché aéronautique. Les commandes augmentent encore dans l’industrie (figure 2).

Figure 2Hausse de l’activité aéronautique sauf dans l’ingénierieOpinion sur l’évolution de l’activité aéronautique en 2018

(en points)
Hausse de l’activité aéronautique sauf dans l’ingénierie ((en points)) - Lecture : le solde d’opinion dans l’industrie s’élève à + 26 points au printemps 2018 et + 47 points fin 2018.
Printemps 2018 Fin 2018
Ensemble 18,1 38,2
Industrie 25,6 47,1
Construction aéronautique et spatiale 24,7 47,8
Fabrication d'autres produits industriels 40,9 67,8
Fabrication d’équipements électriques, électroniques et de machines 31,7 66,3
Maintenance (installation-réparation) 40,7 55,3
Métallurgie 14,6 22,7
Commerce, logistique et soutien 33,7 – 11,6
Services spécialisés – 15 14,3
Activités informatiques 23,9 44
Ingénierie et autres activités spécialisées – 32,3 1,4
  • Note : le solde d'opinion est l'écart entre le pourcentage de réponses "en hausse" et le pourcentage de réponses "en baisse", pondérées par le chiffre d'affaires aéronautique. Un solde positif signifie une augmentation d’activité.
  • Lecture : le solde d’opinion dans l’industrie s’élève à + 26 points au printemps 2018 et + 47 points fin 2018.
  • Champ : chaîne d'approvisionnement de la construction aéronautique dans le Grand Sud-Ouest
  • Source : Insee, enquête filière aéronautique et spatiale 2018 dans le Grand Sud-Ouest

Figure 2Hausse de l’activité aéronautique sauf dans l’ingénierieOpinion sur l’évolution de l’activité aéronautique en 2018

  • Note : le solde d'opinion est l'écart entre le pourcentage de réponses "en hausse" et le pourcentage de réponses "en baisse", pondérées par le chiffre d'affaires aéronautique. Un solde positif signifie une augmentation d’activité.
  • Lecture : le solde d’opinion dans l’industrie s’élève à + 26 points au printemps 2018 et + 47 points fin 2018.
  • Champ : chaîne d'approvisionnement de la construction aéronautique dans le Grand Sud-Ouest
  • Source : Insee, enquête filière aéronautique et spatiale 2018 dans le Grand Sud-Ouest

Cette hausse de la demande s’adresse d’abord aux entreprises du secteur de la fabrication d’autres produits industriels (visserie, tôle, tuyaux par exemple), surtout à celles d’Occitanie, ainsi qu’au secteur de la maintenance, en particulier en Nouvelle-Aquitaine. L’accroissement de la flotte aérienne et une utilisation plus intensive des appareils accentuent en effet les besoins de maintenance.

Les dirigeants d’entreprises de fabrication d’équipements confirment la solidité de leur croissance, en particulier en Occitanie. Après plusieurs années de forte hausse, les industriels néo-aquitains sont moins sollicités en 2018 qu’en 2017. Le secteur de la construction aéronautique et spatiale, comme la métallurgie, poursuivent leur croissance, mais à un rythme moins soutenu (– 15 points par rapport à 2017).

Dans le secteur « commerce, logistique et soutien », le solde d’opinion reste optimiste concernant les commandes aéronautiques et se renforce de 5 points par rapport à 2017.

Dans les services spécialisés, les responsables de sociétés informatiques sont confiants, alors que ceux des sociétés d’ingénierie jugent leur activité en recul. Ce repli est plus durement ressenti en Occitanie qu’en Nouvelle-Aquitaine. En effet, avec la fin des grands programmes de développement (A380, A350 et A400M), les sociétés d’ingénierie sont en pleine mutation. Elles recherchent des relais de croissance en œuvrant à l’amélioration des équipements existants, au développement de services numériques à destination de la clientèle aérienne ou encore à la transformation digitale des outils de production de la filière.

Interrogés au printemps 2018 sur la perspective de la fin d’année, les acteurs de la chaîne d’approvisionnement prévoient une hausse de leur activité. La demande de travaux aéronautiques devrait augmenter dans tous les secteurs industriels tandis qu’elle ralentirait dans le secteur « commerce, logistique et soutien ». Dans les services spécialisés, la croissance de l’activité se stabiliserait dans l’ingénierie et s’intensifierait encore davantage dans l’informatique.

Forte poussée pour l’activité spatiale

Les commandes liées au marché spatial affluent dans le Grand Sud-Ouest en 2018 (figure 3). Les acteurs de la chaîne d’approvisionnement témoignent d’une nette augmentation de leurs travaux et la demande s’adresse aux entreprises de toutes tailles, même les plus petites.

L’activité s’intensifie très nettement dans le secteur des services spécialisés, en particulier en Occitanie où le solde d’opinion sur l’évolution des commandes spatiales s’établit à + 51 points (+ 22 points en Nouvelle-Aquitaine). Les commandes abondent : 63 % des sociétés informatiques constatent une hausse d’activité et 37 % un statu quo. Dans une moindre mesure, les bureaux d’ingénierie profitent également de l’envolée du spatial.

Figure 3L’activité spatiale décolle en OccitanieOpinion sur l'évolution de l'activité destinée à la construction spatiale

(en points)
L’activité spatiale décolle en Occitanie ((en points)) - Lecture : début 2018, le solde d’opinion sur l’évolution de l’activité spatiale est de + 18 points en Nouvelle-Aquitaine et de + 50 points en Occitanie. Fin 2018, il s’élève respectivement à + 9 et + 43 points.
Aquitaine Midi-Pyrénées Nouvelle-Aquitaine Occitanie
Début 2008 13,1 26,2
Début 2009 5,7 3,5
Début 2010 1,9 4,9
Début 2011 30,8 5,4
Début 2012 27,6 – 5,7
Début 2013 – 12,2 3,3
Début 2014 – 3,2 – 3,2
Début 2015 – 16,3 – 3,2
Début 2016 3,9 – 5,7
Début 2017 14,1 27,4 23,4 27,3
Début 2018 18,3 50,0
Prévision fin 2018 8,5 43,1
  • Note : le solde d'opinion est l'écart entre le pourcentage de réponses "en hausse" et le pourcentage de réponses "en baisse", pondérées par le chiffre d'affaires spatial.
  • Lecture : début 2018, le solde d’opinion sur l’évolution de l’activité spatiale est de + 18 points en Nouvelle-Aquitaine et de + 50 points en Occitanie. Fin 2018, il s’élève respectivement à + 9 et + 43 points.
  • Champ : chaîne d'approvisionnement de la construction spatiale dans le Grand Sud-Ouest
  • Source : Insee, enquêtes Aéronautique-espace 2009-2012, enquêtes filière aéronautique et spatiale 2013-2018

Figure 3L’activité spatiale décolle en OccitanieOpinion sur l'évolution de l'activité destinée à la construction spatiale

  • Note : le solde d'opinion est l'écart entre le pourcentage de réponses "en hausse" et le pourcentage de réponses "en baisse", pondérées par le chiffre d'affaires spatial.
  • Lecture : début 2018, le solde d’opinion sur l’évolution de l’activité spatiale est de + 18 points en Nouvelle-Aquitaine et de + 50 points en Occitanie. Fin 2018, il s’élève respectivement à + 9 et + 43 points.
  • Champ : chaîne d'approvisionnement de la construction spatiale dans le Grand Sud-Ouest
  • Source : Insee, enquêtes Aéronautique-espace 2009-2012, enquêtes filière aéronautique et spatiale 2013-2018

Dans l’industrie, l’activité spatiale progresse nettement : les entreprises occitanes sont confrontées à une franche accélération de la demande (solde de + 41 points, en progression de 8 points) alors qu’en Nouvelle-Aquitaine, la croissance est moins dynamique (solde de + 14 points).

Les prévisions pour la fin 2018 restent confiantes même si les acteurs de la chaîne d’approvisionnement spatiale envisagent une croissance plus modérée. Seules les sociétés d’ingénierie anticipent une accélération du rythme des commandes.

La tension sur l’appareil productif reste forte

La filière aéronautique française est confrontée à une demande toujours croissante. Dans le Grand Sud-Ouest, le taux d’utilisation des capacités de production diminue de 2 points en un an et atteint 87  % en 2018. L’industrie retrouve des marges de manœuvre par rapport à 2017 (– 2 points) tandis que les services spécialisés restent autant sollicités (figure 4).

Figure 4Des cadences toujours élevées dans la chaîne d’approvisionnementTaux d’utilisation des capacités de production selon le secteur

(en %)
Des cadences toujours élevées dans la chaîne d’approvisionnement ((en %))
Ensemble de la chaîne d’approvisionnement 87,1
Industrie 86,4
Construction aéronautique et spatiale 85,5
Fabrication d'autres produits industriels 78,1
Fabrication d’équipements électriques, électroniques et de machines 90,9
Maintenance (installation-réparation) 93,5
Métallurgie 81,7
Services spécialisés 90,7
Ingénierie et autres activités spécialisées 90,7
  • Note : le taux d'utilisation des capacités de production correspond au taux moyen pondéré par le chiffre d'affaires aéronautique et spatial.
  • Champ : chaîne d'approvisionnement de la construction aéronautique et spatiale dans le Grand Sud-Ouest
  • Source : Insee, enquête filière aéronautique et spatiale 2018 dans le Grand Sud-Ouest

Figure 4Des cadences toujours élevées dans la chaîne d’approvisionnementTaux d’utilisation des capacités de production selon le secteur

  • Note : le taux d'utilisation des capacités de production correspond au taux moyen pondéré par le chiffre d'affaires aéronautique et spatial.
  • Champ : chaîne d'approvisionnement de la construction aéronautique et spatiale dans le Grand Sud-Ouest
  • Source : Insee, enquête filière aéronautique et spatiale 2018 dans le Grand Sud-Ouest

Le taux d’utilisation dans les grandes unités de 250 salariés ou plus baisse de 2 points en 2018 pour atteindre 88 %. La tension se relâche un peu plus en Occitanie qu’en Nouvelle-Aquitaine. Les plus petites structures de moins de 10 salariés sont en revanche davantage sollicitées : leurs capacités de production sont mobilisées à 81 % (+ 5 points).

L’afflux des commandes pour les entreprises de la maintenance provoque encore de fortes tensions dans les régions Nouvelle-Aquitaine et Occitanie. L’appareil productif surchauffe avec un taux d’utilisation record de 94 %, soit + 4 points en un an.

Comme l’année précédente, les fabricants d’équipements utilisent 91 % de leurs capacités de production. Dans ce secteur, la charge diminue cependant en Nouvelle-Aquitaine tandis qu’elle augmente en Occitanie, une situation à l’inverse de celle du secteur de la construction aéronautique et spatiale. Les entreprises de la métallurgie sont moins mobilisées : le taux moyen d’utilisation de leurs capacités de production chute de 5 points sous l’effet d’un recul en Occitanie.

Recrutements et formation pour faire face aux évolutions

Les entreprises du Grand Sud-Ouest développent leurs capacités de production en agissant notamment sur les ressources humaines, l’innovation et l’investissement matériel (figure 5). Ainsi, en 2018, la moitié d’entre elles prévoient une hausse des effectifs salariés. Le besoin de main-d’œuvre est aussi sensible en Nouvelle-Aquitaine qu’en Occitanie, quelle que soit la taille de l’entreprise.

Figure 5Les chefs d’entreprise prévoient d’accélérer leurs investissementsÉvolution prévue selon le type d’investissement

(en %)
Les chefs d’entreprise prévoient d’accélérer leurs investissements ((en %)) - Lecture : 38 % des chefs d’entreprise prévoient d’augmenter leurs dépenses de recherche et développement, 8 % de la diminuer et 54 % de la maintenir au même niveau. Le solde d’opinion est de + 29 points (échelle de droite).
En baisse Stable En hausse Solde d’opinion (en points)
Recrutement 12,2 39,3 48,5 36,3
Formation 7,0 65,1 27,9 20,9
Équipement 12,4 47,4 40,2 27,8
Recherche et développement 8,6 53,8 37,6 29,0
  • Note : le solde d'opinion est l'écart entre le pourcentage de réponses "en hausse" et le pourcentage de réponses "en baisse".
  • Lecture : 38 % des chefs d’entreprise prévoient d’augmenter leurs dépenses de recherche et développement, 8 % de la diminuer et 54 % de la maintenir au même niveau. Le solde d’opinion est de + 29 points (échelle de droite).
  • Champ : chaîne d'approvisionnement de la construction aéronautique dans le Grand Sud-Ouest
  • Source : Insee, enquête filière aéronautique et spatiale 2018

Figure 5Les chefs d’entreprise prévoient d’accélérer leurs investissementsÉvolution prévue selon le type d’investissement

  • Note : le solde d'opinion est l'écart entre le pourcentage de réponses "en hausse" et le pourcentage de réponses "en baisse".
  • Lecture : 38 % des chefs d’entreprise prévoient d’augmenter leurs dépenses de recherche et développement, 8 % de la diminuer et 54 % de la maintenir au même niveau. Le solde d’opinion est de + 29 points (échelle de droite).
  • Champ : chaîne d'approvisionnement de la construction aéronautique dans le Grand Sud-Ouest
  • Source : Insee, enquête filière aéronautique et spatiale 2018

Tous les secteurs industriels souhaitent étoffer leurs équipes, en particulier ceux du secteur de la fabrication d’autres produits industriels et de la métallurgie. Dans les services spécialisés, les responsables poursuivent leurs projets de recrutement, mais c’est dans l’informatique que les besoins sont les plus forts. Dans le commerce, au contraire, les effectifs salariés devraient se réduire.

Alors que les technologies évoluent sans cesse, la formation professionnelle est indispensable pour gagner en compétitivité et devient un véritable levier de croissance. Les métiers évoluent et les entreprises engagées sur le marché aérospatial poursuivent leurs efforts de montée en compétences. La plupart des dirigeants s’accordent pour augmenter le nombre d’heures de formation. Les secteurs les plus concernés sont l’informatique dans les services, et dans l’industrie la fabrication d’autres produits industriels.

L’innovation et l’investissement, des leviers de croissance stratégiques

En 2018, les responsables de la chaîne d’approvisionnement du Grand Sud-Ouest prévoient d’augmenter de nouveau leurs dépenses de recherche et développement (R&D), quelles que soient les tailles des entreprises. Cependant, c’est dans les structures de moins de 10 salariés que l’effort est le plus grand : la hausse atteint 9 points en un an. Ainsi 37 % des chefs d’établissement envisagent une progression des dépenses.

Les dépenses de R&D devraient s’accroître dans tous les secteurs. Dans l’industrie, la construction aéronautique et spatiale est au premier plan, en particulier en Nouvelle-Aquitaine. Le secteur de la fabrication d’équipements électriques, électroniques et de machines figure également dans le peloton de tête, grâce au dynamisme des entreprises implantées en Occitanie. Dans les sociétés de services, l’investissement en R&D devrait s’accroître davantage dans l’informatique que dans l’ingénierie.

Dans le Grand Sud-Ouest, les investissements liés à l’activité aérospatiale progresseraient dans tous les secteurs et pour toutes les entreprises quelle que soit leur taille. Ils accéléreraient nettement dans l’industrie en Nouvelle-Aquitaine et se poursuivraient à un rythme plus modéré en Occitanie. La maintenance investirait massivement, tout comme la fabrication d’autres produits industriels, ainsi que la métallurgie. La construction aéronautique et spatiale poursuivrait ses investissements mais davantage en Nouvelle-Aquitaine qu’en Occitanie. Dans le secteur des services, l’ingénierie continuerait de s’équiper au même rythme qu’en 2017.

Sous-traitance et intérim, surtout dans l’industrie

En 2018, la chaîne d’approvisionnement du Grand Sud-Ouest devrait recourir à davantage de sous-traitance en cascade, surtout l’industrie néo-aquitaine avec en tête la fabrication d’équipements et la maintenance. Seul le secteur de la construction aéronautique et spatiale échappe à cette tendance. Dans les services, la sous-traitance devrait nettement augmenter dans l’informatique et reculer dans l’ingénierie.

En 2018, le recours à l’intérim devrait globalement progresser dans les industries de 20 salariés ou plus, et plus particulièrement dans les grandes unités (250 salariés ou plus). Tous les secteurs industriels envisageraient de faire davantage appel à des intérimaires, à l’exception de la métallurgie. Dans les services spécialisés, l’intérim serait stable en Occitanie et en léger recul en Nouvelle-Aquitaine.

Sources

Une enquête sur la filière aéronautique et spatiale est réalisée annuellement par l’Insee auprès des entreprises de la chaîne d’approvisionnement implantées dans le Grand Sud-Ouest, constitué par les deux régions Nouvelle-Aquitaine et Occitanie, dans le cadre d’un partenariat avec le pôle de compétitivité Aerospace Valley.

Les unités comptabilisées sont les entreprises régionales. Il s’agit des « unités légales » lorsque tous les établissements de l’entreprise sont localisés dans le Grand Sud-Ouest, et des seuls établissements régionaux lorsque l’unité légale dispose d’implantations en dehors du Grand Sud-Ouest.

L’étude 2018 est centrée sur les entreprises les plus liées à la filière. Elle ne représente pas les entreprises régionales de moins de 20 salariés ayant une activité principale peu liée à l’aérospatial, nombreuses mais avec un faible poids économique. Selon l’enquête 2017, ces entreprises étaient au nombre de 700 en 2016, employant 3 900 salariés, soit moins de 4 % des effectifs de la chaîne d’approvisionnement.

Définitions

La filière aéronautique et spatiale regroupe les entreprises dont l’activité concourt in fine à la construction d’aéronefs, d’astronefs ou de leurs moteurs, quel que soit leur usage (civil ou militaire). Les aéronefs (avions, hélicoptères, planeurs, ULM, dirigeables, drones) et leurs moteurs sont les produits finaux de la filière aéronautique. Les astronefs (lanceurs et véhicules spatiaux, satellites, sondes, missiles balistiques intercontinentaux) et leurs moteurs sont les produits finaux de la filière spatiale.

La filière recouvre les activités d’études, de conception, de fabrication, de commercialisation ou de certification de pièces, de sous-ensembles, d’équipements, de systèmes embarqués, d’outils matériels et logiciels spécifiques à la construction aéronautique et spatiale. Elle comprend également les activités de maintenance « lourdes » en condition opérationnelle des aéronefs qui impliquent leur mise hors service sur longue période.

La chaîne d’approvisionnement (ou supply chain) désigne les fournisseurs, sous-traitants et prestataires de services de l’aéronautique et du spatial ; sont inclus également les petits constructeurs qui appartiennent à la filière. Les grands donneurs d’ordres (les entreprises têtes de filière comme Airbus, Dassault, ArianeGroup…) en sont exclus.

L’effectif dédié à l’activité aéronautique et spatiale est estimé en appliquant à l’effectif total de l’entreprise la part du chiffre d’affaires aéronautique et spatial réalisé dans le chiffre d’affaires total.

Le taux d’utilisation des capacités de production est le ratio entre les moyens effectivement mobilisés et l’ensemble des moyens de production potentiellement disponibles.

Pour en savoir plus

Voisin P., « Aéronautique et spatial dans le Grand Sud-Ouest – 3 900 emplois de plus en 2017 dans l’ensemble de la filière », Insee Flash Occitanie n° 47, avril 2019.

Cambon G., « Aéronautique et spatial dans le Grand Sud-Ouest - Une croissance sous contrainte en 2017 dans la chaîne d’approvisionnement », Insee Analyses Occitanie n° 71, avril 2019.

« La filière aéronautique et spatiale dans le Grand Sud-Ouest en 2017 », Enquête sur la filière aéronautique et spatiale dans le Grand Sud-Ouest, Chiffres détaillés, avril 2019.