La qualité des estimations de population dans le recensement Insee Méthodes n° 136 - octobre 2020

Ont participé à cet ouvrage : Martin Chevalier, Sébastien Durier, Lionel Espinasse, Vincent Le Palud, Stéfan Lollivier, Benjamin Marteau, Jeanne Pagès, Julie Prévot, Didier Reynaud, Valérie Roux, Gwennaël Solard, Julien Talbot, Laurent Toulemon, Lucile Vanotti, Sabrina Volant
Coordination : Gwennaël Solard

Méthodes
Dernière mise à jour le :07/10/2020
Ont participé à cet ouvrage : Martin Chevalier, Sébastien Durier, Lionel Espinasse, Vincent Le Palud, Stéfan Lollivier, Benjamin Marteau, Jeanne Pagès, Julie Prévot, Didier Reynaud, Valérie Roux, Gwennaël Solard, Julien Talbot, Laurent Toulemon, Lucile Vanotti, Sabrina Volant
Coordination : Gwennaël Solard

Jusqu'à la fin du XXe siècle, la France a réalisé des recensements traditionnels espacés d'une petite dizaine d'années. L'ensemble des personnes résidant en France étaient alors recensées en quelques semaines. Depuis le début des années 2000, l'Insee a modifié la méthode de recensement. Le recensement est à présent annuel et tournant. Chaque année, il concerne 5 millions de logements et 9 millions de personnes. La première enquête annuelle de recensement a eu lieu en 2004.

Cette nouvelle méthode de recensement présente deux avantages majeurs par rapport à un recensement traditionnel. Le premier avantage est de disposer de données localisées actualisées tous les ans, alors qu'il fallait attendre près de 10 ans entre les résultats de deux recensements traditionnels consécutifs. Cette amélioration de la fraîcheur des résultats était demandée par les nombreux utilisateurs et était indispensable pour suivre au mieux les évolutions toujours plus rapides de notre société et aider à la décision publique. Le deuxième avantage est le lissage des coûts du recensement. Alors qu'il est de plus en plus difficile de disposer d'un budget conséquent, la nouvelle méthode de recensement permet de lisser la charge financière, sans augmenter la facture globale. Ce lissage est aussi effectif sur les moyens humains mobilisés pour les recensements. Dans les communes de plus de 10 000 habitants, où l'enquête a lieu tous les ans sur un échantillon de logements, les mêmes acteurs peuvent ainsi participer tous les ans au recensement, ce qui permet une professionnalisation accrue.

Malgré ses avantages, la méthode française reste unique dans le monde. De fait, au niveau européen, la France est entourée de pays qui passent progressivement de recensements traditionnels à des recensements combinés mobilisant de plus en plus des données administratives. Le recensement français reste donc une exception.

Dès la mise en place du nouveau recensement, l'Insee a publié des documents de référence sur les modalités de mise en oeuvre de la nouvelle formule. D'un point de vue méthodologique, les travaux ont surtout porté sur les calculs de précision des estimations de population dans les communes de plus de 10 000 habitants, associés à la mise en place d'un sondage qui constituait la principale nouveauté de la méthode. Aujourd'hui, plus de 15 ans après la mise en place de cette méthode, certains partenaires sollicitent l'Insee pour disposer de davantage de documentation sur la mesure plus globale de la qualité du recensement français.

Ce document présente de manière détaillée les méthodes utilisées à ce jour pour produire les estimations de population, chaque année. Ces méthodes sont susceptibles d’évoluer à l’avenir pour tenir compte de nouvelles opportunités ou contraintes externes ainsi que d’éventuelles avancées méthodologiques. La qualité de l'information produite à chaque phase du processus y est analysée. Il s'adresse tant aux personnes spécialisées dans les travaux démographiques (chercheurs, agences d'urbanisme, etc.) qu'à des acteurs locaux.

Ce document constitue une première brique dans l'amélioration de la documentation du recensement, en détaillant le processus de production des populations légales, les opérations qualité menées à chaque étape et les comparaisons avec d’autres sources qui ont été réalisées. D'autres documents, au stade de projet, viseront à analyser les autres productions du recensement, comme les résultats statistiques (caractéristiques des logements et des habitants), ou des modifications du protocole du recensement (introduction de la réponse par internet, tirage de l'échantillon de l'enquête annuelle de recensement à Mayotte par exemple).

 

Introduction (pdf, 769 Ko)

Conclusion (pdf, 772 Ko)

Bibliographie (pdf, 778 Ko)