Indice de prix des travaux d'entretien et d'amélioration de bâtiments

IPEA

Sources
Paru le : Paru le 06/12/2022
Consulter

Documentation sur la méthodologie

Les séries de prix des prestations-témoins sont transformées en indices de prix, appelées « séries élémentaires ». Ces séries élémentaires sont ensuite elles-mêmes agrégées en des indices correspondant à des postes de la nomenclature NAF, appelés « séries de base », le plus souvent des sous-classes de la NAF (de façon séparée entre résidentiel et non résidentiel). Les pondérations des séries élémentaires utilisées pour cette agrégation sont celles récupérées auprès de l’unité légale lors de la visite de l’enquêteur, elles sont donc fixes tout au long de la durée de vie du produit-témoin. Si, pour un trimestre donné, le prix d'une prestation ne peut pas être observé, l'évolution de ce prix est estimée par la moyenne pondérée des évolutions des prix des prestations appartenant à la même classe (sous-classe) de prestations.
Les séries de base sont ensuite elles-mêmes agrégées en des indices de niveau supérieur, appelés « séries synthétiques » : agrégation des indices NAF5 en indices NAF4, agrégation des indices NAF4 en indice total IPEA, agrégation des indices résidentiel et non résidentiel en indices tous bâtiments.
Les pondérations des postes de la nomenclature utilisées pour ces agrégations sont modifiées chaque année, si bien que les indices IPEA publiés correspondent à des indices de Laspeyres chaînés annuellement depuis cette date.
Plus précisément, les pondérations des postes de la nomenclature pour une année A correspondent aux chiffres d’affaires de l’année A-2 observés dans l’enquête structurelle annuelle. Par exception, les pondérations des années 2013 à 2017 correspondent aux chiffres d’affaires de l’année A-1. Jusqu’en 2013, les indices sont des indices de Laspeyres base fixe.
Pour chaque classe de travaux, l’indice IPEA non résidentiel est calculé par agrégation de séries élémentaires sur la période de disponibilité des données et retropolé jusqu’au 1er trimestre 2015 à partir de l’indice résidentiel de la même classe de travaux.
Les indices sont exprimés en référence 100 en 2015. Cela signifie que, par construction, leur moyenne sur les quatre trimestres de l’année 2015 vaut 100.