Le niveau de vie moyen des Martiniquais progresse entre 2001 et 2011, les inégalités persistent

Philippe Clarenc, Christiane Millet

Si le pouvoir d’achat des ménages a progressé en moyenne entre 2001 et 2011 en Martinique, il en va de même des inégalités de niveaux de vie, avec 15 000 personnes supplémentaires sous le seuil de pauvreté. A titre de comparaison nationale, la France est le troisième des 34 pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) pour l’augmentation des inégalités entre 2007 et 2011.

Les inégalités de revenus se sont modérément accrues sur la période traduisant une augmentation moins rapide des revenus des plus pauvres par rapport à ceux des plus riches. Les familles monoparentales martiniquaises sont comme ailleurs les plus touchées par la pauvreté. Sur la même période, les ménages les plus modestes ont perdu du pouvoir d’achat, notamment à cause de la forte hausse des prix de l’alimentaire.

Les inégalités et leur accroissement ne sont pas seulement dommageables à la cohésion sociale. Elles nuisent à la croissance : elles ont aussi un coût économique. Ainsi, un creusement des inégalités de revenu peut se traduire par un excès d’emprunts par les ménages à faible revenu et à revenu intermédiaire. La polarisation des revenus peut avoir un impact négatif sur l’économie, soit en entravant le principal moteur de la croissance, à savoir la consommation, soit en rendant insoutenables socialement les fortes inégalités de niveaux de vie.

Insee Dossier Martinique
No 09
Paru le : Paru le 20/03/2018
Philippe Clarenc, Christiane Millet
Insee Dossier Martinique  No 09 - Mars 2018
Consulter

Stabilité du pouvoir d’achat

Philippe Clarenc, Christiane Millet

Les niveaux de vie des ménages s’accroissent sur la période 2001-2011. Sur la même période, vu l’évolution des prix, le pouvoir d’achat moyen a également cru de 5 %, dans une moindre mesure qu’en France entière sur la même période (17 %). Ce faible gain de pouvoir d’achat place la Martinique en retrait de la Guadeloupe et de la Guyane. Les contributions au pouvoir d’achat diffèrent selon le critère observé, soit le quintile de revenus, l’âge, le type de ménage ou le statut d’occupation du logement. Ainsi, les 20 % des ménages les plus modestes, les couples avec enfant(s) et les ménages de jeunes ont une évolution du pouvoir d’achat inférieure à la moyenne des ménages martiniquais.

Insee Dossier Martinique

Paru le : 20/03/2018