Des niveaux de vie au pouvoir d’achat : les inégalités s’accentuent entre 2001 et 2011

En Guyane les inégalités se sont accentuées entre 2001 et 2011 et le taux de pauvreté a progressé de 15 %. À titre de comparaison nationale, la France est le troisième des 34 pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques pour l’augmentation des inégalités entre 2007 et 2011.

Les familles monoparentales guyanaises sont, comme ailleurs, les plus touchées par la pauvreté. Par ailleurs, le taux de pauvreté a doublé chez les personnes de plus de 65 ans entre 2001 et 2011. Sur la même période, les ménages les plus modestes ont perdu du pouvoir d’achat, notamment à cause de la forte hausse des prix de l’alimentaire.

En matière de conditions de vie, le rapport au logement a également évolué : en dix ans, la part des ménages propriétaires parmi les ménages les plus pauvres a chuté de neuf points, passant de 50 % à 41 %. Le prix de l’acquisition d’un logement a plus fortement augmenté que l’évolution moyenne des prix. Le niveau de vie est devenu discriminant pour accéder à la propriété. Les difficultés d’accession à la propriété se traduisent par une baisse de la part des ménages accédant à la propriété. En 2011, les ménages modestes sont exclus de l’accession : seuls 3 % des ménages accédants sont dans les deux quintiles de revenus les plus faibles.

Insee Dossier Guyane
No 9
Paru le : Paru le 20/03/2018
Pierre Bayart - Rémi Charrier
Insee Dossier Guyane  No 9 - Mars 2018
Consulter

Le pouvoir d’achat

Pierre Bayart - Rémi Charrier

Les niveaux de vie des ménages s’accroissent sur la période 2011-2011. Sur la même période, vu l’évolution des prix, le pouvoir d’achat moyen a également cru de 15 %, à comparer à des gains de 17 % France entière sur la même période. Ce gain moyen masque cependant de fortes disparités. Pour les ménages moyens et aisés, l’évolution des prix des transports a limité le gain de pouvoir d’achat.
Les ménages les plus modestes ont quant à eux perdu 12 % pouvoir d’achat, notamment à cause de la forte hausse des prix de l’alimentaire. Afin de limiter cette perte, les ménages les plus pauvres ont cherché à limiter leurs dépenses de logement en se tournant vers l’entraide ou l’habitat informel.

Insee Dossier Guyane

No 9

Paru le : 20/03/2018