Insee Conjoncture GuadeloupeBilan économique 2017 - Guadeloupe

L’activité de la Guadeloupe est bien orientée en 2017 : les imports, l’investissement, les créations de sociétés sont en hausse. Le taux de chômage a légèrement baissé même s’il reste à un niveau structurellement très élevé. La consommation des ménages reste très dynamique et les importations ont fortement augmenté. L’inflation reprend légèrement mais reste contenue. Le cyclone Maria a perturbé le deuxième semestre pour l’agriculture, mais le tourisme est resté très dynamique : trafic aérien élevé, nuitées hôtelières en forte croissance, profitant même parfois d’un déport de la clientèle de Saint-Martin, plus durement touchée par un autre cyclone, Irma.

Insee Conjoncture Guadeloupe
No 4
Paru le : Paru le 31/05/2018
Matthieu Cornut, Insee
Insee Conjoncture Guadeloupe  No 4 - Mai 2018
Consulter

Cadrage macro-économique - La baisse de l’investissement freine la croissanceBilan économique 2017

Matthieu Cornut, Insee

Le PIB en volume de la Guadeloupe baisse de 0,3 % en 2016, après une croissance de 2,1 % en 2015. Cette évolution, tout comme celle de la Martinique (–1,1 %), contraste avec la croissance de l’ensemble du pays (+ 1,2 %). La baisse de 21 % de l’investissement public entraîne un recul de l’investissement de 4,6 % qui contribue pour – 0,7 point à la croissance. Comme en 2015, la consommation des ménages augmente (+ 0,7 %) malgré une légère diminution de la population.

Insee Conjoncture Guadeloupe

No 04

Paru le : 31/05/2018

En 2016 (encadré), le produit intérieur brut (PIB) de la Guadeloupe baisse de 0,3 % en volume tandis que la population, estimée à 395 730 habitants au 1er janvier 2016, baisse légèrement.

Le PIB par habitant, s’établissant à 21 000 euros, augmente de 0,2 % en euros constants. Il est inférieur à celui de la Martinique (23 155 euros) et de la France entière (33 400 euros), mais est supérieur à celui de la Guyane (15 813 euros).

La consommation des ménages se maintient

En progressant en volume de 0,7 % malgré la baisse de population, la consommation des ménages contribue pour 0,4 points à la croissance. La baisse des prix moyens à la consommation (– 0,1 %) explique en partie ce maintien de la consommation en volume.

Le taux de chômage, structurellement élevé, reste stable à 24 % et supérieur à celui de la Martinique (18 %) et de la Guyane (23 %).

En 2016, 4 098 entreprises sont créées en Guadeloupe, soit 0,4 % de plus qu’en 2015. C’est la première année depuis 2012 que les créations d’entreprises sont en hausse. L’emploi privé est stable, avec une situation favorable dans l’industrie et le secteur tertiaire marchand, contrebalancée par un secteur de la construction en difficulté. Dans le secteur non-marchand, les salaires versés augmentent de 2,7 %.

Les importations de biens de consommation courante et de biens d’équipement du foyer augmentent respectivement de 4,0 % et 12,8 %. Les importations liées à l’automobile augmentent moins vite qu’en 2015 (+ 6 % contre + 11 %), tandis que les importations de produits agroalimentaires baissent légèrement (– 0,4 %).

Des importations stables en volume, des exportations en constante progression

Les importations sont en baisse de 2,3 % en valeur et quasi-stables en volume (+ 0,7 %). Le cours du Brent s’affaiblit de 16 % après s’être effondré de 36 % en 2015 et la chute du prix des produits pétroliers diminue mécaniquement la facture des importations.

Après avoir augmenté de 4,1 % en 2015, les exportations augmentent de 4,6 %. Du fait de la baisse des prix des produits pétroliers, elles augmentent de 8,8 % en volume.

Après une année 2015 en retrait, les ventes de produits de l’agriculture, de la sylviculture et de la pêche augmentent de 9 %. Les exportations de bananes sont en hausse de 6,4 % en volume, malgré la tempête Matthew et les importants cumuls de pluie de dernier trimestre. Si les exportations de rhum se portent bien (+ 6,1 %), la campagne sucrière est très mauvaise, principalement en raison des conséquences de la sécheresse de 2015 sur la production de 2016.

Ralentissement de la dépense publique

En augmentant de 1,0 % en volume, (+ 2,1 % l’année précédente), les dépenses des administrations publiques contribuent pour + 0,5 point à la croissance.

La hausse des charges de personnel et l’augmentation de la valeur du point d’indice sont contrebalancées par la baisse des consommations intermédiaires dans les administrations publiques, la sécurité sociale et l’enseignement.

Le tourisme a bonne mine

Avec 2 160 520 départs et arrivées hors transit à l’aéroport Pôle Caraïbes, le nombre de passagers est en hausse de 7,8 %. L’année 2016 est ainsi une bonne année touristique, malgré l’épisode de Zika de début de période. Pesant 4 % du PIB, les dépenses des touristes contribuent, hors effets induits, pour 0,3 point à la croissance de la Guadeloupe.

La visibilité offerte à la Guadeloupe par le match de la coupe Davis France / Canada en mars 2016, l’ouverture de vols directs entre la Guadeloupe et les États-Unis ainsi que la baisse du coût des billets favorisent le secteur touristique. L’activité hôtelière, en hausse de 2,9 %, progresse moins vite que l’ensemble du secteur.

Figure 1La croissance est légèrement négative en 2016Taux de croissance du PIB en volume (en %)

La croissance est légèrement négative en 2016
Guadeloupe France entière
2008 0,9 0,2
2009 -4,3 -2,9
2010 1,0 2,0
2011 1,2 2,1
2012 0,3 0,2
2013 0,1 0,6
2014 1,0 0,6
2015 1,9 1,3
2016 -0,3 1,2
  • Source : Insee, Cerom, Comptes rapides

Figure 1La croissance est légèrement négative en 2016Taux de croissance du PIB en volume (en %)

  • Source : Insee, Cerom, Comptes rapides

Figure 2L’inflation reste faible et même légèrement négative en 2016Évolution de l’indice des prix (moyenne annuelle en %)

L’inflation reste faible et même légèrement négative en 2016
Guadeloupe France
2008 2,2 2,8
2009 -0,1 0,1
2010 2,6 1,5
2011 2,6 2,1
2012 1,8 2,0
2013 0,9 0,9
2014 0,4 0,5
2015 0,3 0,0
2016 -0,1 0,2
2017 0,8 1,0
  • Source : Insee, CEROM, Comptes rapides.

Figure 2L’inflation reste faible et même légèrement négative en 2016Évolution de l’indice des prix (moyenne annuelle en %)

  • Source : Insee, CEROM, Comptes rapides.

Figure 3Les dépenses publiques ralentissentÉvolution des dépenses en volume (taux de croissance en %)

Les dépenses publiques ralentissent
Guadeloupe France entière
2008 2,8 1,1
2009 2,6 2,4
2010 2,4 1,3
2011 2,4 1,0
2012 2,0 1,6
2013 -0,3 1,5
2014 1,3 1,2
2015 2,1 1,4
2016 0,9 1,0
  • Source : Insee, Cerom, Comptes rapides

Figure 3Les dépenses publiques ralentissentÉvolution des dépenses en volume (taux de croissance en %)

  • Source : Insee, Cerom, Comptes rapides

Figure 4Recul de l’investissementÉvolution de l’investissement en volume (en %)

Recul de l’investissement
Guadeloupe France entière
2008 2,1 0,9
2009 -14,8 -9,1
2010 9,1 2,1
2011 2,3 2,1
2012 -2,1 0,2
2013 2,6 -0,8
2014 -7,0 -0,3
2015 2,5 1,0
2016 -4,6 2,8
  • Source : Insee, Cerom, Comptes rapides

Figure 4Recul de l’investissementÉvolution de l’investissement en volume (en %)

  • Source : Insee, Cerom, Comptes rapides

Figure 5Le déficit commercial diminueÉvolution des échanges extérieurs en volume (taux de croissance en %)

Le déficit commercial diminue
Imports Exports
2008 1,1 -12,5
2009 -11,8 -7,6
2010 6,0 7,8
2011 2,6 7,4
2012 -2,0 4,7
2013 4,5 7,9
2014 -4,3 -4,7
2015 2,9 1,7
2016 0,7 8,8
  • Source : Insee, CEROM, Comptes rapides.

Figure 5Le déficit commercial diminueÉvolution des échanges extérieurs en volume (taux de croissance en %)

  • Source : Insee, CEROM, Comptes rapides.

Disponibilités des données 2017

Les données macroéconomiques 2017 ne seront disponibles qu’au cours du 3e trimestre 2018 et feront l’objet d’une publication en fin d’année