Insee Conjoncture GuadeloupeBilan économique 2017 - Guadeloupe

L’activité de la Guadeloupe est bien orientée en 2017 : les imports, l’investissement, les créations de sociétés sont en hausse. Le taux de chômage a légèrement baissé même s’il reste à un niveau structurellement très élevé. La consommation des ménages reste très dynamique et les importations ont fortement augmenté. L’inflation reprend légèrement mais reste contenue. Le cyclone Maria a perturbé le deuxième semestre pour l’agriculture, mais le tourisme est resté très dynamique : trafic aérien élevé, nuitées hôtelières en forte croissance, profitant même parfois d’un déport de la clientèle de Saint-Martin, plus durement touchée par un autre cyclone, Irma.

Insee Conjoncture Guadeloupe
No 4
Paru le : Paru le 31/05/2018
Matthieu Cornut
Insee Conjoncture Guadeloupe  No 4 - Mai 2018
Consulter

Commerce extérieur - Les produits pétroliers dopent les échanges commerciauxBilan économique 2017

Matthieu Cornut

Après trois années de baisse consécutive, le déficit commercial de la Guadeloupe repart à la hausse, pour atteindre un niveau supérieur à celui de 2013. La hausse exceptionnelle des exportations de produits pétroliers masque une réalité plus terne pour les autres secteurs d’activité et ne suffit pas à compenser l’augmentation des exportations.

Insee Conjoncture Guadeloupe

No 04

Paru le : 31/05/2018

Le déficit commercial de la Guadeloupe se creuse. Il s’élève à 2,5 milliards d’euros pour l’année 2017. Le montant des importations atteint 2,7 milliards d’euros (+ 247 millions d’euros) et celui des importations s’élève à 283 millions d’euros (+ 59 millions d’euros).

Les importations en hausse

En Guadeloupe, les importations ont fortement augmenté en 2017 (+ 9,8 %). Sous l’effet de l’évolution des cours du Brent (+ 18 % par rapport à 2016), les importations du secteur des produits pétroliers raffinés sont en hausse de 42,4 % et contribuent à la moitié de la hausse globale.

Les importations de matériels de transport, incluant les produits de l’industrie automobile, sont en hausse de 13,6 %, augmentant le niveau général des importations de la Guadeloupe de 1,7 point.

Les denrées alimentaires et les produits issus de l’agriculture, de la sylviculture et de la pêche sont importés en pus grande quantité qu’en 2016, et ce malgré une croissance démographique négative.

L’Hexagone, principal fournisseur

Malgré une baisse de deux points par rapport à 2016, l’Hexagone reste le principal fournisseur de biens et services de la Guadeloupe avec 58,5 % des importations. En 2017, les importations en provenance de l’Hexagone sont en hausse de 100 millions d’euros : elles atteignent 1,6 milliard d’euros.

Avec 11,8 % des importations, le reste de l’Union Européenne reste stable. Les États-Unis, en doublant leurs exportations à destination de la Guadeloupe, se placent en troisième position. Elles atteignent 262 millions d’euros, soit 9,4 % du total des importations.

Les importations en provenance de Martinique et de Guyane restent stables. Celles en provenance des pays de la Caraïbe baissent pour la deuxième année consécutive, atteignant leur niveau de 2014.

Les produits pétroliers font exploser les exportations

Les exportations de la Guadeloupe ont augmenté de 26,5 % en 2017. En revanche, le chiffre global masque des disparités selon les secteurs d’activité, puisque les produits pétroliers raffinés, en quintuplant leurs exportations, portent à eux seuls 27,5 points de hausse.

Les exportations hors produits pétroliers sont donc en très légère baisse. Les produits alimentaires, boissons et produits à base de tabac tirent leur épingle du jeu, avec une hausse de 29,3 %. Les produits issus de l’agriculture, de la sylviculture et de la pêche reculent de 36,6 %.

Les exportations vers l’Hexagone reculent

En baisse de 10,4 %, les exportations à destination de la métropole ne représentent plus qu’un tiers des exportations totales, contre la moitié en 2016. Les exportations vers la Guyane, multipliées par six, expliquent à elles seules l’augmentation du niveau global des exportations guadeloupéennes.

Les exportations à destination de la Martinique baissent de 9,2 % et ne représentent désormais plus que 12,7 % du total. Les exportations vers les autres pays de la Caraïbe ont doublé mais pèsent moins de 4 % du total.

Figure 1Chiffres clés du commerce extérieur

(en million d'euros)
Chiffres clés du commerce extérieur ((en million d'euros))
2012 2013 2014 2015 2016 2017
Importations 2 616 2 731 2 590 2 590 2 528 2 775
Exportations 204 263 205 209 223 283
Solde des échanges -2 412 -2 468 -2 385 -2 381 -2 305 -2 492
  • Source : Douanes, calculs Insee.

Figure 2Les échanges commerciaux en hausse

Montants et évolutions des importations et des exportations par activité (en % et en million d'euros)
Les échanges commerciaux en hausse (Montants et évolutions des importations et des exportations par activité (en % et en million d'euros))
Importations Exportations
Valeur Évolution en 2017 Valeur Évolution en 2017
Agriculture, sylviculture et pêche 64,3 8,9 22,9 -36,6
Hydrocarbures naturels, autres produits des industries extractives, électricité, déchets 31,0 20,0 10,9 -14,8
Denrées alimentaires, boissons et produits à base de tabac 459,6 5,5 71,2 29,3
Produits pétroliers raffinés et coke 430,1 42,4 72,9 554,4
Équipements mécaniques, matériel électrique, électronique et informatique 442,7 5,5 22,8 3,4
Matériels de transport 355,0 13,6 39,5 -4,5
dont industrie automobile 261,2 9,4 4,2 -36,6
Autres produits industriels 971,9 2,0 41,8 -4,3
dont pharmacie 166,4 4,6 1,8 67,7
Autres 20,5 0,0 0,7 -40,7
Total 2 775,1 9,8 282,7 26,5
  • Source : Douanes, calculs Insee.

Figure 3L’Hexagone reste la principale destination des exportationsRépartition des exportations selon leur destination de 2012 à 2017 (en million d'euros)

L’Hexagone reste la principale destination des exportations
Hexagone Guyane Martinique Union européenne hors France États-Unis Caraïbe hors ACP Caraïbe ACP Autres
2012 125,6 9,1 38,2 12,7 1,7 3,5 2,1 10,4
2013 114,1 32,7 71,8 10,2 11,3 1,2 1,8 19,3
2014 115 8,6 46,6 15,8 3,3 1,1 1,4 12,5
2015 98,8 8,9 46,8 27,9 5,3 2,3 2,4 15,9
2016 113,3 10,4 39,5 27,1 8,9 1,8 3,9 18,3
2017 101,5 75,9 35,8 30,9 7,4 5,9 5,2 19,8
  • Source : Douanes, calculs Insee.

Figure 3L’Hexagone reste la principale destination des exportationsRépartition des exportations selon leur destination de 2012 à 2017 (en million d'euros)

  • Source : Douanes, calculs Insee.

Figure 4La France hexagonale est le principal fournisseurRépartition des importations selon leur provenance de 2012 à 2017 (en million d'euros)

La France hexagonale est le principal fournisseur
Hexagone Union européenne hors France États-Unis Martinique Chine Caraïbe ACP Caraïbe hors ACP Guyane Autres
2012 1 457,8 293,0 252,6 118,6 104,0 59,7 161,7 7,6 160,7
2013 1 475,5 388,9 306,5 72,8 95,3 78,5 137,8 6,4 168,8
2014 1 453,9 284,1 243,9 175,2 114,5 47,1 50,3 6,6 214,8
2015 1 462,7 307,9 194,3 139,5 120,2 108,0 57,3 6,5 194,1
2016 1 522,6 321,2 137,0 110,8 107,8 77,2 64,6 7,6 179,6
2017 1 622,4 327,8 262,2 120,7 108,8 49,7 50,5 6,7 226,3
  • Source : Douanes, calculs Insee.

Figure 4La France hexagonale est le principal fournisseurRépartition des importations selon leur provenance de 2012 à 2017 (en million d'euros)

  • Source : Douanes, calculs Insee.