Insee Flash Nouvelle-AquitaineHabiter Hendaye et travailler en Espagne

Grégory Bodeau, Insee

En 2014, 3 000 résidents des Pyrénées-Atlantiques travaillent en Espagne, les deux tiers habitent à Hendaye. Une large majorité est de nationalité espagnole. Dans la région, la moitié des transfrontaliers vivent en couple avec des enfants. Ils travaillent surtout dans le secteur du commerce et réparation automobile, dans l’industrie manufacturière ou le transport et entreposage.

Insee Flash Nouvelle-Aquitaine
No 38
Paru le : Paru le 19/06/2018
Grégory Bodeau, Insee
Insee Flash Nouvelle-Aquitaine  No 38 - Juin 2018

En 2014, 355 000 résidents de France métropolitaine traversent une frontière pour aller travailler : 90 % de ces transfrontaliers se rendent en Suisse, au Luxembourg, en Allemagne ou en Belgique. Entre la France et l’Espagne, les Pyrénées constituent une barrière naturelle aux points de passage peu nombreux qui explique, en partie, des échanges plus limités : le travail transfrontalier vers l’Espagne ne concerne que 5 000 habitants de Nouvelle-Aquitaine ou d’Occitanie. Dans le sens Espagne-France, seuls 1 100 résidents espagnols travaillent en France.

En progression de 3 % depuis 2009, l’évolution de la population des résidents français travaillant en Espagne est bien moindre que celle des frontaliers concernés sur l’ensemble du territoire métropolitain (+ 16 %).

Le département des Pyrénées-Atlantiques accueille 3 000 transfrontaliers et constitue, dans l’autre sens, le territoire de travail de 700 résidents espagnols.

Sept frontaliers sur dix de nationalité espagnole

Spécificité du phénomène en Nouvelle-Aquitaine, 70 % des travailleurs transfrontaliers résidant dans les Pyrénées-Atlantiques sont de nationalité espagnole. Dans le reste du territoire, ils sont très majoritairement de nationalité française : 85 % des transfrontaliers travaillant en Allemagne, Belgique, Luxembourg ou Suisse, sont français.

Les transfrontaliers ne représentent qu’une partie des 10 700 Espagnols du département. Ces derniers se concentrent le long de la frontière et surtout dans quatre communes : Hendaye, Urrugne, Bayonne et Pau.

Vivre à Hendaye, le choix de sept frontaliers sur dix

Dans les Pyrénées-Atlantiques, 95 % des frontaliers résident dans 17 communes (figure 1). Les frontaliers sont installés depuis plusieurs années, seuls 6 % résidaient à l’étranger un an plus tôt. Ils s’établissent surtout dans les communes situées à proximité immédiate de la frontière, en particulier à Hendaye ou dans la commune voisine d’Urrugne.

Figure 1Les transfrontaliers concentrés sur une zone autour de HendayeRépartition des transfrontaliers selon leur commune de résidence

  • Source : Insee, Recensement de la population 2014, exploitation complémentaire.

Avec un habitant sur trois de nationalité espagnole, Hendaye se distingue également par une forte concentration de transfrontaliers : un actif occupé sur trois travaille en Espagne et 9 frontaliers sur 10 utilisent la voiture pour se déplacer vers leur lieu de travail. La ville dispose d’infrastructures routières et ferroviaires qui permettent de franchir aisément la frontière, qualité seulement partagée avec les autres points de passage localisés sur la côte littorale catalane. De plus, une offre plus riche de logements et un coût moindre du foncier semblent constituer des avantages comparatifs notables incitant des actifs espagnols à s’installer du côté français de la frontière. Enfin, la proximité de Saint-Sébastien (province de Guipuscoa) offre de nombreuses opportunités d’emploi, et s’inscrit dans une dynamique de reprise d’activité intense depuis fin 2013.

Sur cette frontière, des couples de travailleurs transfrontaliers

Sur les 3 000 transfrontaliers du département, un tiers est constitué de couples bi-actifs dont les deux conjoints travaillent en Espagne.

Dans les Pyrénées-Atlantiques, au sein des dix-sept communes principales de résidence (zone d’étude), la moitié des travailleurs frontaliers sont mariés contre le tiers des actifs en emploi. De même, ils vivent plus souvent en couple avec des enfants : 46 % d’entre eux, soit 10 points de plus que les actifs occupés. La population des frontaliers est aussi plus jeune : 7 personnes sur 10 ont entre 30 et 49 ans, 5 sur 10 pour les actifs en emploi de la zone d’étude.

Les frontaliers plus diplômés

Les transfrontaliers sont légèrement plus diplômés : 5 sur 10 disposent d’un diplôme d’études supérieures contre 4 sur 10 pour les actifs en emploi de la zone d’étude. Ils occupent plus souvent des postes à responsabilité. Les cadres intermédiaires administratifs d’entreprises et les employés de commerce sont les deux professions les plus représentées (figure 2).

Figure 2Des transfrontaliers nombreux dans les activités du commerceRépartition des transfrontaliers et des actifs occupés de la zone d’étude, dans les métiers les plus exercés par les transfrontaliers

en %
Des transfrontaliers nombreux dans les activités du commerce (en %)
Actifs occupés de la zone Transfrontaliers
Professions intermédiaires administratives et commerciales des entreprises 8,7 11,5
Employés de commerce 5,6 8,3
Employés administratifs d’entreprises 6,2 6,9
Personnels services aux particuliers 8,2 5,9
Cadres administratifs et commerciaux d’entreprises 3,3 5,0
Techniciens 3,5 4,9
Artisans 4,3 4,1
Commerçants et assimilés 4,5 4,1
Cadres techniques d’entreprises 2,6 3,9
Professions intermédiaires santé social 6,5 3,6
Agents de service fonction publique 8,7 3,1
  • Source : Insee, Recensement de la population 2014, exploitation complémentaire.

Figure 2Des transfrontaliers nombreux dans les activités du commerceRépartition des transfrontaliers et des actifs occupés de la zone d’étude, dans les métiers les plus exercés par les transfrontaliers

  • Source : Insee, Recensement de la population 2014, exploitation complémentaire.

Le secteur du « commerce et réparation automobile » constitue le premier employeur des transfrontaliers : 20 % d’entre eux y travaillent (15 % pour les actifs en emploi de la zone). Dans ces activités, un frontalier sur trois est employé de commerce, mais le secteur concentre aussi un tiers des cadres intermédiaires administratifs et commerciaux d’entreprises. Ces derniers sont également présents dans les activités du « transport et entreposage », aux côtés des employés administratifs d’entreprises et des chauffeurs, tandis que l’industrie manufacturière emploie surtout des ouvriers qualifiés.

La province du Guipuscoa en Espagne présente une densité de population quatre fois plus élevée que celle des Pyrénées-Atlantiques. Avec 320 000 emplois en 2014, elle contribue largement à la dynamique de l’emploi transfrontalier, d’autant plus qu’elle est desservie par une autoroute reliant Saint-Sébastien à Hendaye en moins d’une demi-heure.

Sources

Les données concernant principalement la France sont issues du Recensement de la population 2014 (transfrontaliers résidant en France et travaillant en Espagne). Celles concernant l’Espagne sont issues du pôle de statistiques transfrontalières de l’Insee qui combinent des données de l’Insee et d’Eurostat (données de cadrage sur les provinces espagnoles proches de la frontière). En outre, le nombre de transfrontaliers résidant en Espagne et travaillant en France provient du traitement des données de la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam).

Pour en savoir plus