Insee
Insee Flash Pays de la Loire · Avril 2021 · n° 111
Insee Flash Pays de la LoirePays de la Loire - Un Ligérien sur deux vit dans une commune rurale

Isabelle Delhomme, Pierre Loizeau (Insee)

En 2018, un Ligérien sur deux réside dans une commune rurale. Le dynamisme démographique y est fort, notamment dans le rural sous l’influence d’un pôle d’emploi. Dans ces communes, les couples avec enfants sont davantage présents que dans les communes rurales autonomes. Le rural attire plus souvent les ouvriers quand les cadres plébiscitent davantage l’espace urbain.

Insee Flash Pays de la Loire
No 111
Paru le : Paru le 29/04/2021

Neuf communes ligériennes sur dix dans l’espace rural

Mobilisant un groupe de travail constitué de statisticiens, d’élus, d'universitaires et de géographes, l'Insee propose une nouvelle définition du rural.

Dans les Pays de la Loire, neuf communes sur dix sont rurales. Souvent moins dotées en services et en commerces de proximité, ces communes soulèvent divers enjeux : faciliter l’accès aux services publics, orienter davantage la dotation d’équipement au profit des territoires ruraux, soutenir le petit commerce avec les zones de revitalisation des commerces en milieu rural, etc. L’Agenda rural et le Comité interministériel aux ruralités visent à y répondre.

La moitié des Ligériens vit dans une commune rurale

En 2018, un Ligérien sur deux vit dans l’espace rural, contre un sur trois en France. Ainsi, la région des Pays de la Loire est la 4e région la plus rurale derrière la Nouvelle-Aquitaine, la Bretagne et la Bourgogne-Franche-Comté.

Les espaces ruraux sous influence d’un pôle, souvent situés en périphérie des villes, concentrent 29 % de la population (figure 1), soit 10 points de plus qu’en France. Les espaces ruraux autonomes en concentrent 20 %, soit 6 points de plus qu’en France.

Dans les Pays de la Loire, le degré de ruralité est variable d’un département à l’autre : quatre départements sur cinq sont dits ruraux. En Vendée et en Mayenne, deux habitants sur trois résident dans le rural. Ils sont respectivement 58 % et 56 % en Maine-et-Loire et dans la Sarthe. La Loire-Atlantique, classée dans la catégorie intermédiaire, fait figure d’exception avec un habitant sur trois dans l’espace rural.

Figure 1Typologie communale des Pays de la Loire

  • Source : Insee, recensement de la population (RP) 2017.

Un fort dynamisme démographique du rural sous influence d’un pôle

Dans les Pays de la Loire, entre 2008 et 2018, la population rurale augmente chaque année davantage qu’en France (+ 0,8 % contre + 0,5 %). Dans le rural sous influence d’un pôle, la croissance démographique est plus marquée (+ 1,0 %). Dans cet espace, le solde naturel (+ 0,6 %) contribue davantage à la croissance de la population que le solde migratoire (+ 0,4 %). La population vivant dans un espace autonome augmente moins fortement (+ 0,5 %), avec un solde naturel de + 0,1 % et un solde migratoire de + 0,4 %.

Cependant, l’espace rural n’échappe pas au ralentissement démographique, observé dans les Pays de la Loire comme dans la majorité des régions françaises (figure 2). En effet, entre les périodes 2008-2013 et 2013-2018, le taux de croissance de la population est divisé par deux dans l’espace rural sous influence d’un pôle, passant de + 1,3 % à + 0,7 % par an. Dans l’espace rural autonome, seules les migrations résidentielles font augmenter, chaque année, la population entre 2013 et 2018 (+ 0,2 %).

En Loire-Atlantique, la croissance démographique ralentit également dans l’espace rural, tout en se maintenant à un niveau élevé passant de 1,7 % à 1,0 %. Le département, dans son ensemble, est pourtant le seul de la région à ne pas être concerné par le ralentissement démographique. La croissance de la population y accélère entre les deux périodes passant de 1,1 % à 1,2 % uniquement en raison de son urbanisation plus marquée.

Figure 2Taux de variation de la population ligérienne par type d’espace

(en %)
Taux de variation de la population ligérienne par type d’espace ((en %))
Type d’espace Catégorie d’espace 2013/2018 2008/2013
dû au solde naturel dû au solde migratoire dû au solde naturel dû au solde migratoire
Urbain dense 0,5 0,5 0,5 0,0
intermédiaire 0,0 0,7 0,2 0,5
Rural sous forte influence d’un pôle 0,6 0,1 0,8 0,5
sous faible influence d’un pôle 0,3 0,3 0,6 0,7
autonome 0,0 0,2 0,2 0,5
ensemble 0,2 0,4 0,4 0,4
  • Lecture : entre 2013 et 2018, la population ligérienne augmente de 0,6 % en moyenne chaque année. Le solde migratoire (+ 0,4 %) contribue davantage à la croissance démographique.
  • Source : Insee, RP 2008, 2013 et 2018.

Figure 2Taux de variation de la population ligérienne par type d’espace

  • Lecture : entre 2013 et 2018, la population ligérienne augmente de 0,6 % en moyenne chaque année. Le solde migratoire (+ 0,4 %) contribue davantage à la croissance démographique.
  • Source : Insee, RP 2008, 2013 et 2018.

Des familles dans le rural sous influence d’un pôle et des populations plus âgées dans le rural autonome

En 2017, 33 % des ménages de l’espace rural sont des couples avec enfants, soit 4 points de plus qu’en France. Leur présence est supérieure dans l’espace rural sous influence d’un pôle. Sur 100 ménages, 36 sont des couples avec enfants contre 28 dans l’espace rural autonome.

Dans la région, les couples avec enfants sont davantage présents en Loire-Atlantique (36 %), en particulier dans le rural sous influence d’un pôle (38 %). Habiter dans ces communes situées souvent à proximité de communes urbaines permet plus aisément d’accéder à la propriété et de privilégier la maison à l’appartement. Par exemple, à Saint-Mars-du-Désert, commune sous forte influence du pôle urbain de Nantes Métropole, 41 % des ménages sont des couples avec enfants. Dans cette commune, où 96 % des logements sont des maisons, 84 % des ménages sont propriétaires. Le prix moyen du m² pour une maison y est de 2 500 euros, contre 4 400 euros à Nantes.

Dans l’espace rural autonome vivent des individus plus âgés. En 2017, 23 % d’entre eux ont 65 ans ou plus, contre 17 % dans l’espace rural sous influence d’un pôle. À l’inverse, les moins de 15 ans sont moins présents.

Davantage d’ouvriers et moins de cadres que dans l’espace urbain

En comparaison de l’espace urbain, les habitants de l’espace rural occupent plus souvent des professions d’ouvriers (31 % contre 19 %) et moins souvent de cadres (9 % contre 20 %). Toutefois, ce trait est plus ou moins marqué selon la catégorie du rural. Dans le rural autonome, 35 % des habitants sont ouvriers contre 28 % dans le rural sous influence d’un pôle. En effet, la structure des emplois dans les espaces ruraux plus éloignés des pôles d’emploi explique cette différence. Les cadres sont deux fois plus présents dans l’espace rural sous forte influence d’un pôle que ceux vivant dans l’espace rural autonome.

Encadré 1- Des temps d’accès aux services plus longs pour les habitants de l’espace rural autonome

Dans les Pays de la Loire, les habitants de l’espace rural autonome mettent plus de temps pour accéder aux services courants. En 2017, 23 % d’entre eux mettent entre 7 et 10 minutes pour y avoir accès, contre 14 % dans l’espace rural sous influence d’un pôle. Les habitants des communes rurales très peu denses mettent majoritairement 7 à 10 minutes pour accéder aux services courants, tandis que ceux des communes rurales peu denses mettent majoritairement entre 4 et 7 minutes.

Afin de faciliter l’accès aux services publics, l’État, en partenariat avec les acteurs locaux, déploie des réseaux de proximité sur tout le territoire. En prenant en compte ces structures, les habitants des Pays de la Loire accèdent à un panier de services publics en 9 minutes en moyenne. L’implantation des Maisons de services au public (MSAP), puis désormais des espaces France Services, permet de réduire notablement les temps d’accès. [Hervy C. et Manceau C.]

Publication rédigée par : Isabelle Delhomme, Pierre Loizeau (Insee)

Définitions


Un espace rural se définit comme l’ensemble des communes peu denses et très peu denses. Un gradient de ruralité, fonction du degré d’influence d’un pôle d’emploi, permet d’affiner cette définition. Quatre catégories de l’espace rural sont ainsi obtenues allant des communes autonomes très peu denses (moins de 15 % des actifs travaillent dans un pôle) aux communes sous forte influence d’un pôle.

La population ligérienne est plus ou moins présente selon chaque catégorie du rural.

Les communes rurales, dans les Pays de la Loire, concentrent en 2018 :

• 1 % de la population dans les communes autonomes très peu denses,

• 19 % dans les communes autonomes peu denses,

• 14 % dans les communes sous faible influence d’un pôle d’emploi,

• 15 % dans les communes sous forte influence d’un pôle d’emploi.

Pour en savoir plus

D’Alessandro C. et al., « Une nouvelle définition du rural pour mieux rendre compte des réalités des territoires et de leurs transformations », in La France et ses territoires – édition 2021, Insee Références, avril 2021.

Hervy C. et Manceau C., L’accès des Ligériens aux services publics facilité par le déploiement des espaces France Services, Insee Dossier Pays de la Loire, n° 5, octobre 2020.

Lalande É. et Vahé M., Pays de la Loire : une dynamique démographique soutenue, portée par la Loire-Atlantique, Insee Analyses Pays de la Loire, n° 84, décembre 2020.